Barre-menu

3.5.14

Le loup, le renard, le ptit lapin et tous les autres.


De Cape et de Crocs.

Auteur : Alain Ayroles pour le scénario et Jean-Luc Masbou pour le dessin.
Origine : France.
Nombre de livres : 10.
Date de publication : de 1995 à 2002.
Genre : bande dessinée, aventure.

Venise, XVIIème siècle. Peu après avoir assisté à une mise en scène de La Fontaine insultante pour eux, le chevalier Armand Reynal de Maupertuis, un renard français, et l'hidalgo Don Lope de Villalobos y Sangrin, un loup espagnol, croisent un riche armateur dont le fils a été enlevé par des musulmans. Alors qu'ils se glissent sur le navire turc pour sauver le jeune homme, ils mettent la main sur une carte menant au trésor des légendaires îles Tangerines...

De Cape et de Crocs est une de mes séries de bande-dessinée préférées. Son cadre spatio-temporel, son écriture et ses personnages, tout concourt à la rendre unique et inimitable. Rien à voir avec les XIII, les Largo Winch et complotistes contemporains, pas davantage qu'avec la comédie guignolesque façon Gaston Lagaffe (encore qu'avec les années, la BD humoristique tend à creuser sa propre tombe de plus en plus profondément, quand elle n'est pas juste un moyen artificiel pour vendre autre chose (oui Noob, Naheulbeuk et le Grenier, c'est de vous que je parle)).

http://darkriketz.cowblog.fr/images/Livres/abc.jpg
Vous pouvez cliquer sur chaque image à partir de celle-ci pour les voir en taille réelle et les sauvegarder ou les lire.

Non non, De Cape et de Crocs, c'est un roman de cape et d'épée (et de crocs) étalé sur dix tomes magnifiques et adorables. C'est l'histoire de deux membres de la petite noblesse européenne à l'époque moderne, un chevalier et un hidalgo, héros vagabonds, qui sauvent la veuve et l'orphelin et percent des mystères avec panache.
Concrètement, les deux héros sont donc sur la piste d'un trésor accompagnés de deux amis rapidement rencontrés, le lapin Eusèbe, ancien garde du cardinal (de Richelieu ou de Mazarin, ce n'est jamais précisé) et le Raïs Kader, un capitaine Turc bon et généreux. Trois chrétiens, un musulman, un humain et trois animaux, autant dire que la troupe est plutôt hétéroclite, ce qui contribue au plaisir de la voir évoluer page après page : pour commencer, Kader et Lope sont liés par un duel à mort qu'ils se sont lancé et ne cessent de reporter au gré des circonstances ^^

Écrit comme une pièce de théâtre, comme un long poème et comme un film d'aventures comme on n'en fait plus, De Cape et de Crocs s'appuie à la fois sur une mise en scène dynamique et sur une narration pleine de rebondissements, sans compter les clins d’œils permanents au théâtre, à la poésie, à la littérature et aux Arts en général.
L'ensemble des personnages est haut en couleurs et plutôt élaboré tant concernant les backgrounds que la personnalité. Des pirates anglais multipliant les péripéties, des nobles mystérieux et dangereux, des demoiselles en détresse – ou dangereuses, ça dépend – et même un intellectuel allemand agaçant, cinglé et créatif.

http://darkriketz.cowblog.fr/images/Livres/pageroles.jpg

De part sa nature et sa conception, De Cape et de Crocs se doit d'être à la fois dense et lisible, et ça tombe bien, c'est le cas. Bourré d'humour et de références, c'est un vrai plaisir à parcourir. Le personnage d'Armand, par exemple, est un grand amateur de philosophie, mais aussi de poésie – il parle souvent en vers, tout comme le personnage du Maître d'Armes qui apparaît vers la fin – qui se prend souvent à déclamer avec force gesticulations, imité dans son dos par son ami Lope, sous les fous rires de Kader et Eusèbe. A plusieurs reprises, les tribulations de différents groupes convergent vers des rencontres catastrophiques dans des cases qui occupent toute une page – par exemple dans le tome 2, lorsqu'une procession religieuse, une voiture à bras, un âne chargé de héros et des pirates se rentrent dedans en plein milieu d'un croisement – ce qui contribue à dynamiser le mouvement.

Également au menu, et c'est logique, des gimmicks récurrents – à chaque fois qu'un pirate se fait attaquer, il hurle de douleur, « mon œil, je suis éborgné, mes dents, ve fuis édenté, ma gorge, je suis égorgé », et y'en a même un qui dit « que dois-je dire ? » (bah oui, il s'est fait mordre le cul par un renard XD) – la fameuse réplique des Fourberies de Scapin de Molière, « mais que diable allait-il faire... ? » est réutilisée à toutes les sauces et à toutes les personnes (dans cette galère, dans cette chébèque, dans ce galion, dans ces cavernes, aux antipodes, dans cette mission), et de manière général, Molière, La Fontaine, Corneille (Le Cid) sont régulièrement référencés, de même que Baudelaire (Armand qui pose un albatros qu'il avait attrapé : « va donc, tes ailes de géant m'empêchent de marcher »), Le Cri d'Edvard Munch et plein d'autres.
A un moment, j'ai même hurlé de rire, la série cite Alien : un des méchants veut envoyer les gentils dans l'espace lointain « afin qu'on ne les y entendît point crier », mais après le Radeau de la Méduse, Barbe Bleue, Léonard de Vinci (son char d'assaut en fait) et la guerre d'indépendance d'Espagne (« no pasaran », dit Lope), ils sont plus à ça près.

Malgré le format, la musique est très importante dans cette histoire et les pages de cartes systématiquement exploitées dans les albums présentent parfois des partitions avec les paroles du chant des Séléniens. Beau boulot des auteurs !

Je finis vite vite sur quelques références pour pas tout vous gâcher, parce que j'espère bien que vous lirez cette merveilleuse série si vous le pouvez, mais sachez que De Cape et de Crocs, conforme à l'esprit du temps (le siècle d'or de Louis XIV), se veut également une critique de la monarchie absolue où la cour est présentée comme veule et soumise, et où les personnages sont empreints d'idées très en avance sur leur époque. Un des grands modèles de l'intrigue est ainsi le véritable Cyrano Bergerac, écrivain et auteur de deux œuvres que je rêve de lire, voire de posséder, Histoire comique des états et empires de la Lune et Histoire comique des états et empires du Soleil, que l'on considère comme les deux premières œuvres de science-fiction de l'histoire.

Je trouve le travail des couleurs et des textures absolument superbe. Et là c'est qu'un exemple :)

De manière générale, De Cape et de Crocs est une œuvre de fort bonne qualité, pleine de couleurs et au style de dessin très appréciable. Rien d'extravagant dans les proportions ou les apparences et le fait que certains personnages soient des animaux n'est jamais expliqué bien que tout à fait accepté par les humains (un méchant veut même transformer Armand en descente de lit tellement il le déteste). Le comique de situation et les gags récurrents contribuent à la richesse du dessin et aux nombreux plans larges (on se croirait au ciné !) plein de détails amusants (j'vous conseille de pas quitter Eusèbe des yeux, y'a toujours un truc marrant avec ce lapin ^^).
La série est à la fois comique, épique et pleine de suspense, avec parfois des cliffanghers en fin d'album, mais le ton est toujours plaisant et c'est simple à lire. Il y a là de la poésie, de l'aventure, du mystère, et comme à la fin on sait toujours pas comment Eusèbe, adorable petit lapin, s'est retrouvé dans les Gardes du Cardinal, les auteurs ont prévu de lui faire un spin-off en deux albums en cours de préparation :D

http://darkriketz.cowblog.fr/images/Livres/decapeetdecrocs08p.jpg
"Mais... il dit qu'on pue ? - En alexandrins."
Désolé pour la netteté, celle-là j'ai dû la retravailler :/

En bref : De Cape et de Crocs est une de plus géniales trouvailles de la BD française de notre époque et même si la série est achevée depuis plus de dix ans, elle n'a pas pris une ride et se laisse encore savourer avec plaisir. Les personnages et l'histoire sont tellement bien écrits que je ne saurai que trop vous recommander de la lire si vous en avez la possibilité. Même en étant pas très fan de BD à la base, on risque de trouver ça très accrocheur !

"Mais moi je croyais que vous étiez comme messieurs de Villalobos et Maupertuis, que comme eux vous ne renonciez jamais, que comme eux vous aviez toujours un riant visage à présenter à l'adversité, un beau geste face au malheur, un bon mot face au danger, que comme eux vous possédiez ce je-ne-sais-quoi qui permet les plus improbables victoires et qui, quand on perd, empêche les méchants de triompher tout à fait, cette chose que mes amis appellent...
- le panache !"

"Ne sachant m'avouer vaincu
Ni plier sous la déférence,
Si je m'incline en révérence,
C'est pour mieux vous montrer mon..."

http://darkriketz.cowblog.fr/images/Livres/masbouplanchepubliee.jpg

1 commentaire:

  1. Je promets que je les lirai un jour. Promis promis promis... Parce que ça à vraiment l'air génial, et puis t'en parle tout le temps, et en plus de ça, j'adore les histoire de cape et d'épée :3

    RépondreSupprimer