Barre-menu

24.6.14

Dark fantasy, vengeance froide et impitoyable ^^


L'ange du chaos

Auteur : Michel Robert.
Origine : France.
Nombre de livres : 8 .
Date de publication : 2004.
Genre : dark fantasy.

L'auteur.
Né en 1964, Michel Robert est handballeur de haut niveau avant de se reconvertir dans l'écriture et de se spécialiser dans la fantasy. Il collabore notamment au cycle de La Malerune avec Pierre Grimbert, puis initie en 2004 sa principale oeuvre personnelle, L'agent du chaos, à laquelle il donne huit livres. Michel Robert écrit également en parallèle pour une autre série, La Fille des clans.

A l'approche d'une invasion des Territoires-Francs par l'Empire de la Lumière, Leprin, légat des Ténèbres, invite le duc Elvanthyell, archimage du Chaos pour une entrevue secrète. Il souhaite que ce dernier envoie un de ses puissants combattants assassiner un important membre du conseil de l'Empire.
Le mystérieux Cellendhyll de Cortavar, agent des Ombres au service du propre fils d'Elvanthyell, est chargé de la mission. Cependant, il se trouve être un ancien agent de la Lumière, trahi et laissé pour mort par les siens dix ans auparavant. Ce contrat est donc pour lui l'occasion idéale de trancher les liens de son passé...

Je suis tombé un peu par hasard sur ce livre y'a plusieurs mois et le pitch m'avait pas mal intéressé. L'ironie est que, un peu plus tard et au même endroit (le Furet du Nord), j'ai découvert un livre que je n'arrivais pas à identifier et qui se trouvait être le tome 8 de la même série >_>
Bref, L'ange du chaos initie une série du français Michel Robert, que j'avoue ne pas connaître du tout, auteur depuis 1998. L'univers développé est celui des Sphères, des plans séparés par des barrières magiques et soumis à trois grandes autorités, la Lumière, les Ténèbres et le Chaos. Il y a, bien sûr, des territoires indépendants et si la géographie du livre est difficile à saisir, elle a au moins le mérite d'être assez localisée : à quelques exceptions près, tout ce premier roman ou presque se déroule dans les Territoires-Francs et les rares incursions dans le plan des Ténèbres concernent les trames de Leprin et de Morion (le chef des Ombres auxquelles appartient Cellendhyll).

Dans ce qui pourrait être un immense monde divisé en continents isolés les uns des autres, on passe d'un plan à l'autre par des portails magiques et c'est là l'une des rares mises en scène de la magie dans L'ange du chaos. On trouve dans les Territoires-Francs quelques elfes qui, comme le Chaos, ne s'impliquent pas personnellement dans la guerre entre Lumière et Ténèbres, ce qui tend à les rapprocher du héros, il y a quelques sorciers humains et les dirigeants des grands factions sont des êtres surnaturels souvent plus ou moins immortels - faut voir la description qui est faite des Quatre, les généraux des Ténèbres, y'en a pas deux identiques et certains ne sont même pas humains ^^ - mais la plupart du temps le livre présente des populations tout ce qu'il y a de plus humaines et profanes, dont la vie est marquée par la mort et le danger.

Comme c'est un premier tome et que l'univers présenté est assez complexe, il n'y a pas beaucoup de personnages dans L'ange du chaos. L'intrigue même suppose qu'un certain nombre se fasse massacrer dans d'atroces boucheries et de ce point de vue, on est pas déçus : Michel Robert fait montre d'un talent certain pour écrire les duels d'escrime et les mises à mort. Cellendhyll et son ami Gheritarish le Loki (c'est une race du chaos ça ^^), Rathe le voleur, un vieux mec sympa à l'humour grinçant, et quelques notables du Chaos et des Ténèbres - Leprin, Elvanthyell et ses enfants Estrée (manipulée par Leprin) et Morion - sont les seuls vraiment développés dans ce livre.
Cela dit, chaque personnage intégré est approfondi à plusieurs reprises dans l'ouvrage, en dépit des flash-backs récurrents destinés à expliquer ce qui est arrivé à Cellendhyll pour qu'il soit assoiffé de vengeance (flashbacks qu'on aura donc logiquement plus dans le reste de la série). Le style d'écriture est ma foi plutôt simple à saisir, ça se lit pas très vite parce que c'est très dense (c'est avec ce livre que j'ai achevé mon Week-end à 1000), mais les décors et les portraits sont assez complets pour qu'on se fasse une bonne image de ce que les héros ont sous les yeux, qu'il s'agissent de races multiples ou de créatures surnaturelles.

Après, sur la forme, j'aurai pas beaucoup de reproches à faire : comme c'est pas de la fantasy épique façon Trône de Fer ou Seigneur des Anneaux (qui sont aussi de la high-fantasy et de la fantasy mediévale mais les genres sont hyper-nombreux et se recoupent souvent), y'a pas de grosses batailles, il n'est question ici que de meurtres discrets, de massacres ponctuels et de complots dans l'ombre. Ca peut en rebuter certains, couplé à la géographie foisonnante de l'univers et au manque relatif de présentation du cadre "politique". Mais sinon, ça reste un très bon livre hein.

En bref : premier volet d'une série qui m'a immédiatement captivé, L'ange du chaos ne semble pas avoir grand-chose en commun avec ces sagas très médiatisées qu'on surévalue partout. Le style est original, sombre, et le ton grinçant change beaucoup de ce qu'on trouve habituellement en fantasy. Peut-être un peu difficile à saisir au début, mais je pense que ça mérite le coup d'oeil ! :)

2 commentaires:

  1. Tu as raison, ça pourrait me plaire ;)
    Mais 8 tomes... je préfère ne pas commencer de nouvelle série pour l'instant. Je note dans un coin pour quand je n'aurai plus rien à lire !

    RépondreSupprimer
  2. Voilà un article qui m'intéresse, merci!
    Comme Tristelune, je note dans un coin pour plus tard ;)

    RépondreSupprimer