Barre-menu

8.2.15

Marathon Saoirse Ronan - 2. Les âmes vagabondes


Film américain d'Andrew Niccol (2013) avec Saoirse Ronan, Diane Kruger, Jake Abel, William Hurt, Max Irons.
Genre : science-fiction.

La Terre, dans un futur proche. Le monde a été envahi et presque totalement occupé par une race d'extraterrestres quasi-éthérés qui prennent possession des corps et des esprits humains pour les soumettre. Melanie, une jeune femme ayant échappé aux Traqueurs, est capturée alors qu'elle tentait de protéger son petit frère, et dotée d'une entité alien qui se fait appeler Vagabonde.

Très vite, alors que celle-ci tente d'explorer les souvenirs de son hôtesse pour retrouver les derniers humains libres, sur les ordres de l'autoritaire Traqueuse, Melanie essaie d'influer sur elle pour aller s'assurer que son frère et son petit ami sont en sécurité.

Second film que j'ai vu dans le cadre de mon marathon Saoirse Ronan, Les âmes vagabondes me laissait dubitatif avant que je le voie, pour plusieurs raisons. D'abord, c'est un film d'Andrew Niccol, un réalisateur connu pour son talent certain (Gattaca, le Truman Show, Lord of War, et peut-être aussi Time Out), donc ça met en confiance. Sauf que c'est l'adaptation d'un roman écrit par cette abrutie congénitale dégénérée pourrie mormone de merde de Stephenie Meyer.
Ouais, j'ai beaucoup d'affection pour cette écrit-vaine.
Et ça c'est vraiment pas un signe favorable. Seulement voilà, j'me suis promis de voir toute la filmo de Saoirse Ronan. Après tout, tout le monde peut faire des erreurs, elle comprise.

Je trouve ça assez intéressant, quand tu sais au bout de 2 minutes de film qui sera le méchant tout du long... oh wait, pas du tout en fait -_-'

Comment dire... je sais même pas par où commencer tellement rien ne va, dans le fond comme dans la forme. L'histoire n'est en soi pas condamnable, elle est même assez classique dans les films d'invasion extraterrestre, la volonté de protéger les êtres aimés, tout ça, tu sens déjà que la Meyer, elle révolutionne la narration avec cette histoire. Enfin bref, faute d'être novateur, c'est cohérent et donc acceptable.
Sauf que cette pétasse semble faire partie de deux cercles d'écrivaines américaines, dont un qu'elle a fondé personnellement. Le premier, c'est la STA, la Secte du Triangle Amoureux, qui comprend des membres aussi célèbres de Suzanne Collins (Hunger Games) et Charlaine Harris (La communauté du sud du monde connu aux Etats-Unis, autrement dit la Louisiane, parce qu'on connaît que dalle en-dehors de nos propres frontières, ce qui a été adapté à la télé sous le nom de True Blood (autrement dit dans toutes les autres histoires de l'univers, le sang est factice)).
Ah ouais, et le deuxième cercles d'écrivaines de merde, fondée par Stephenie Meyer, c'est la TGM, la Théorie des Gentils Méchants. Un groupe au sein duquel les auteurs sont des putains de hippies complètement tarés qui sont infoutus de tuer des personnages principaux et qui croient que les méchants, en fait si tu leurs fais des bisous et des câlins, ils deviennent gentils, ce qu'ils étaient déjà à la base, mais ils le savaient pas. Un groupe au sein duquel on peut tout à fait concevoir des vampires végétariens et des envahisseurs aliens non-violents.
Putain, que quelqu'un assassine cette sombre conne, par pitié -_-'

"Souvenez-vous, on essaie de l'attraper sans lui faire de mal, on est des aliens non-violents !"
Putain, cette scène est ridicule au possible, dans n'importe quel autre film ça aurait été une balle dans les rotules, un coup de taser, un pain dans la gueule, et on en parle plus.

DONC ! Dans cet univers alternatif où les méchants sont incapables d'être cruels, impitoyables, meurtriers, mentalement déséquilibrés ou même tout simplement OFFENSIFS, Andrew Niccol a semble-t-il, contrairement à au moins un réalisateur de la pentalogie Twilight (David Slade, responsable du 3ème film, le moins mauvais du lot, celui avec des loups géants qui massacrent des vampires), refusé de faire ce que ce dernier a fait, à savoir colmater les brèches pour créer quelque chose de potable.
M'enfin, je sais pas si David Slade faisait de la SF avant Twilight, alors que Niccol, c'est son genre de prédilection. On POURRAIT PENSER qu'il maîtrise le sujet.
Oh attends, il me vient une pensée, peut-être qu'en fait, ce qu'il a fait dans Les âmes vagabondes se veut totalement conforme à l'esprit du livre, ce qui voudrait dire que c'est ce livre qui est exagéré au possible, cliché à outrance et complètement à chier ? Ce serait logique, Meyer ne connaît que dalle à la littérature, elle l'a prouvé avec Twilight et le fantastique, alors pourquoi connaîtrait-elle davantage la SF ? Ouais enfin dans c'cas ça veut juste dire que Niccol est infoutu de se détacher de l'intrigue d'un putain de livre à la con pour écrire son propre scénar.

Toi aussi t'as l'impression de voir un Cullen au soleil auquel on aurait arraché un ptit bout ?

Qu'est-ce qu'il a fait de si dramatique, en fait, pour s'attirer ainsi ma vindicte ? Bah, pas grand-chose, justement. Au pays des bisounours, les extraterrestres qui incarnent la sobriété, la retenue et la pureté extrême (ON DIRAIT PAS QUE JE PARLE DES CULLENS LA OU BIEN ?!?) sont systématiquement vêtus de blanc immaculé. Ils n'utilisent pas d'armes à feu, sauf cette timbrée de Diane Kruger, que la course-poursuite avec Saoirse Ronan rend enragée. Leur but c'est de s'emparer de notre monde « pour le perfectionner ». Une fois que ça c'est dit, au bout d'une minute de prologue, on en parle plus jamais et il n'est en aucun cas question de réformer les sociétés humaines, l'environnement, la politique, la culture, enfin bref, de faire ce pourquoi ils sont venus. Le seul changement notable semble être la disparition de la violence, effacée par la vacuité insipide qui règne dans l'état d'esprit des aliens.
Ce film donne une nouvelle définition au mot aridité, et je jure que je ne dis pas ça parce qu'il se passe en bonne partie dans le désert. L'austérité est le thème dominant, depuis la production jusqu'au scénario en passant par la mise en scène.

SCIENCE-FICTION, BITCHES !!!! SCIENCE-FICTIOOOOOOOOONNN !!

Autre chose qui m'a déplu, les véhicules des aliens sont TOUS en métal argenté lisse et brillant. Alors autant ça pouvait passer sur Naboo, parce que c'est culturel, autant sur Terre, j'en veux pas. Voiture de sport ? Un bloc d'aluminium sur roues (sur lequel Diane Kruger ne se brûle pas les fesses et reste fraîche au milieu du désert, alors que Saoirse Ronan est sortie de ce dernier à moitié morte de soif et de brûlure). Hélicoptère de traque ? Une boule d’aluminium avec une queue et une hélice.
Ajoute à ça des édifices dont les intérieurs sont grands, dénudés et clairs, avec beaucoup de vitres, et des bureaux parfaitement alignés et standardisés façon Equilibrium, repense aux costumes immaculés des mecs, et là tu sens bien que le film tout entier te hurle JE SUIS DE LA SCIENCE-FICTION, MOTHERFUCKER.
Putain Andrew, kesstu fous ? -_-

En fait, mis à part Saoirse Ronan, ce film n'a rien pour lui. Au casting, on trouve aussi une panoplie d'inconnus qui servent à rien tellement ce sont pas des personnages, mais plutôt des fonctions : le petit ami de la conscience enfermée dans son propre corps et qui veut tuer le corps en question, le patriarche qui dirige la rébellion et veut pas tuer sa nièce même si elle est possédée, le petit frère qui voit le corps de sa sœur et oublie que maintenant celle-ci n'est plus aux commandes, et le type random qui tombe amoureux de la conscience extraterrestre, peu importe le corps qu'elle habite (VERIDIQUE).
ARRÊTE les films de merde,
Jake, trouve un bon projet,
laisse-toi mettre en valeur,
tu vaux mieux que ça, tête de lard !!!
L'instant lol, c'est que ce dernier mec est joué par Jake Abel. Il a mon âge, il est talentueux, plutôt joli garçon, j'ai adoré toutes ses prestations dans des films. Le problème c'est que les films en question c'était les Percy Jackson. T'as l'intention de faire des bons films un jour ou tu continues la merde ?

Les personnages, dans leurs interactions, sont plutôt sympa, mais ça pue le Meyer à dix kilomètres en fait. Vagabonde « Gaby » — c'est vrai que dans la mesure où les personnages sont réduits à leur seule fonction, pourquoi les nommer ? Elle aurait même dû nommer les humains « Petit Frère » « Oncle-Chef », « Ancien Copain » et « Nouveau Copain » — devient vite amie avec la nana dont elle a piqué le corps (JE TE JURE) et du coup le seul domaine où elles en chient, toutes les deux, c'est dans leurs rapports avec Ian, qui aime Gaby, et Jared, qui aimait/aime Melanie et veut tuer Gaby.
Par contre, faut pas déconner, les deux entités dans le même corps, elles s'entendent bien, mais à aucun moment Melanie n'a le contrôle, elle passe sa vie au second plan. Échanger les tâches et les rôles, Jiminy et moi on y arrive, mais Stephenie Meyer elle peut pas concevoir ça. Sinon, ça reste des gentils aliens hein, ils font juste que te piquer ton corps et te laisser les regarder jouer avec.

Ca c'est c'est tout ce qui te restera de ton corps après te l'être fait piquer par une de ces merdes. Une vision passive à travers tes propres yeux, sans pouvoir contrôler quoi que ce soit. Et d'après Meyer, c'est parfaitement acceptable. Espèce d'abrutie dégénérée.
(oui, j'ai piqué UNE IMAGE au Joueur du Grenier. Je trouvais pas l'équivalent sur Google.)

Bon, il faut que je conclue, c'est marrant de taper sur un film de merde mais je ferai pas ça toute la journée. Bah du coup, y'a pas vraiment de méchant dans le film, l'intrigue est dénouée en WTF par Gaby qui se rappelle qu'elle sait comment séparer les aliens et leurs corps d'adoption sans causer la mort des deux (C'EST MAINTENANT QUE TU L'DIS, PETASSE ???) — en fait il suffit de faire une incision sur la nuque, de démontrer amour et affection pour l'alien, par des caresses délicates, il sort tout doucement paf. Sérieusement.
Meuf, tu demandes aux humains d'être affectueux envers des parasites biologiques qui leur piquent leur existence, t'en es consciente au moins ? En gros c'est ça le message final du film, la symbiose est possible, mais LA SYMBIOSE EST PAS POSSIBLE, PARCE QU'UNE SEULE DES DEUX CONSCIENCES A LE CONTRÔLE DU CORPS QUI LES HABITE, LES TOK'RA AU MOINS ILS POUVAIENT ÉCHANGER LEURS RÔLES, BORDEL !!

Un champ de blé dans une caverne. Un putain de champ de blé sur le sol rocheux d'une putain de caverne. Mindfuck. Et fuck la logique aussi, ils en ont plus rien à battre.

Ah ouais, et le truc qui dit qu'il faut des plombes pour traverser l'univers et trouver une planète vivable, j'ai trouvé ça intelligent et bien amené, mais c'est tout. Non parce que les rebelles qui survivent en cultivant le blé SUR LE SOL ROCHEUX D'UN RÉSEAU DE CAVERNES, non merci.

En bref : le film est nul, la mise en scène, les effets spéciaux et visuels, la bande-son, le propos, les décors, les personnages, tout est à chier. L'interprétation de Saoirse Ronan (bien qu'elle passe tout le film à parler toute seule), William Hurt et Jake Abel est bonne, y'a la jolie Emily Browning qui débarque à la fin avec la délicatesse d'un énorme deus ex machina, et c'est vraiment, VRAIMENT pas un bon Andrew Niccol. Stephenie Meyer, je te conchie et j'aime ça.

 Donc en fait à la fin du film ils sont en mode "on a trouvé une fille dans le coma, on t'a mise dedans, tu peux rester avec nous et aimer Jake Abel !" Putain si la fille sort du coma un jour, elle va HALLUCINER.
...attends, c'est pas une métaphore du viol et du consentement des filles qui sont pas conscientes ?... PUTAIN STEPHENIE MEYER ESPÈCE D'IMMONDE GROGNASSE, SI ELLE EST PAS EN ÉTAT DE DIRE OUI CA VEUT DIRE NON POUFFIASSE A LA CON !!!
(les deux plus jolies filles de la terre sur la même image ♥)

1 commentaire:

  1. Je suis assez partagé et j'irai pas jusqu'à l'insulter, mais j'ai un souci avec ce que fait Meyer. C'est dommage parce que c'est une bonne romancière, à la base.
    Quand je dis bonne romancière, je veux dire par là que, par définition, elle sait raconter des histoires. Le problème, c'est que sa façon de vivre et sa vision de la romance sont un peu limitées. Résultat, on a des romances qui sente le pipi de rose dégoulinant de cœurs, avec en fond un brin d'univers qui aurait pu être exploité, mais qui l'est pas parce que la romance bouffe absolument tout (et que ça devrait pas, vu ce qu'elle en fait). Elle est dans la facilité permanente. Alors je comprends que ça marche sur les personnes qui ne recherchent rien d'autre qu'une romance de pisseuse (au même titre qu'une personne qui cherche du porno n'a pas besoin d'un scénario), par contre, pour quelqu'un qui cherche un univers avec tout ce que ça peut impliquer et pas juste un morceau, forcément ça coince.
    Après, je pense qui faut pas attendre grand-chose d'elle et prendre ce qu'elle fait comme... ce qu'elle fait. Elle est dans le facile, dans la jeunesse en chaleur, voilà. Disons qu'elle fait bien sa petite daube et elle est loin d'être la seule à le faire. Il en faut pour tous les goûts.
    Par contre, évidemment, quand elle tombe dans des extrêmes et fait passer des viols sous-entendus ou comme dans Twilight où elle montre bien qui faut pas avorter, même si on doit en mourir (alors que chacun doit faire son choix), là ce n'est pas possible.
    Mais encore une fois, faut prendre tout ça avec du recule et se dire qu'elle fait juste ce qu'elle sait faire. Sans aller jusqu'à me réjouir qu'elle soit pétée de tune pour ça, ça me gêne pas qu'elle ait réussi.
    La seule chance qu'elle ait, c'est que dans toutes les adaptations de ses romans, ce sont de très bons acteurs qui sont choisis. Bon casting pour une histoire chiante à pleurer. On ne peut pas tout avoir quand on s'appelle Meyer.

    RépondreSupprimer