Barre-menu

19.6.15

[Rattrapage] TFGA n°7 : Ces sons que l'on n'oubliera jamais


Dernier numéro de la série de rattrapage des TFGA, après ça je vais me réintégrer dans le calendrier normal et bien que je connaisse déjà le sujet, ça va pas être de la tarte, il sera question aujourd'hui de l'épisode 7 daté d'avril 2014 : ces sons que l'on n'oubliera jamais.
Bon, faut pas être cruche, il est pas question d'effets sonores hein, sinon on aurait vite fait le tour – j'adore l'effet sonore de l'attaque Mania dans Pokémon Black and White, couplé à l'effet visuel qui donne l'impression d'un passage à tabac du pokémon adverse, ça transcrit parfaitement ce qu'est l'attaque : un pétage de câble suivi de trois pains dans la gueule, et vive Darumacho ♥ – mais évidemment de bandes originales de jeux vidéo.

Et là, ironiquement, c'est comme si les TFGA précédents s'étaient concertés pour tous se réunir en un seul, du moins de mon point de vue.
J'ai un rapport très classique et très passionnel à la musique : j'en écoute tous les jours, tout ce qui se trouve sur mon disque dur, c'est-à-dire un peu de tout, et les bandes originales en occupent une bonne part. Du coup dans le lot, y'a forcément de l'OST de jeu vidéo, dont je ne me lasse jamais. Ces sons que l'on n'oubliera jamais, pour moi, ça revient donc à citer les jeux déjà présents dans les TFGA des morts marquantes (n°2), des jeux peu médiatisés (n°1) et même, en un sens, des enfants dans les jeux vidéo (n°8).


5. Kingdom Hearts 2 – Playstation 2.

Kingdom Hearts, j'en ai parlé concernant le TFGA n°8, c'est Square-Enix et Disney qui mettent leurs œufs dans le même panier. Autant dire que niveau réalisation, on est assurés de tomber sur du très, très, très bon niveau. La bande-son du premier jeu était génial et en partie inspirée des univers Disney qu'elle reprenait (La petite sirène, Peter Pan, Alice in Wonderland et surtout Nightmare before Christmas).

                Aaah, la Rivière Intemporelle,                                Bienvenue sur la  
          Kingdom Hearts 2 en noir et blanc ♥               TERRE DES LIONS, TOURISTES !!

KH2, comme il se doit pour une suite de jeu vidéo, est plus grand, plus beau, plus long, plus mieux. Le nombre de mondes a été revu à la hausse et, comme ils proviennent presque tous du multivers de Disney, les créations de Square étant inadaptables, les films et films d'animation qui viennent squatter le jeu vidéo se multiplient, avec toujours la dichotomie d'un thème musical d'exploration et d'un thème de combat par monde.
Parmi mes grandes préférences du titre, le Port Royal des Pirates des Caraïbes, les Space Paranoids de Tron, la Rivière Intemporelle de Steamboat Willie, la Terre des Lions et la Terre des Dragons de Mulan. Ce jeu a le chic pour créer des ambiances, inviter au voyage, dynamiser les combats et mettre en valeur le cadre spatial. J'adore !

4. Super Smash Bros Brawl – Wii.

Pour celui-là c'est un peu de la triche, d'autant que j'avais hésité avec Skyrim, dans lequel je n'adore passionnément, cela dit, que peu de musiques différentes (Far Horizons ♥). Pourquoi de la triche ? Parce que les petits génies de chez Nintendo ont décidé pour le coup de rappeler tous les compositeurs des musiques originales employées dans ce jeu pour leur faire recomposer... des musiques dont ils n'étaient pas les auteurs.
Cela donne un résultat hybride entre la reprise et l'hommage, rendant le jeu absolument génial à écouter, mais sa bande-son totalement propre est finalement assez pauvre ^^

Les musiques d'Earthbound sont magnifiquement recomposées pour ce jeu et traduisent parfaitement l'atmosphère originale des jeux, insouciance, légèreté et espoir (d'où le paradoxe avec la baston qu'on colle dessus XD).

Bref, entre les jeux que je connaissais déjà (Zelda, Mario, MGS, Sonic, Donkey Kong, Pokémon) et ceux que j'ai découverts à l'occasion du premier et seul SSB auquel j'ai joué (Mother, Ice Climbers, Starfox, F-Zero, Metroid, Pikmin...), cela fait beaucoup de thèmes magnifiques et bien composés. Mes préférences vont évidemment aux univers que je connaissais déjà (Jungle des Jobards, rien que le nom vend du rêve ^^), mais Brinstar Depths, Samus' theme ou encore Onett et Pollyanna, sans parler des thèmes de Pikmin, je peux plus m'en passer :D


Là encore, même si le cœur du jeu c'est d'envoyer des marrons, de coller des pains, de filer des mandales et d'expédier des gens sur orbite, les musiques de Super Smash Bros Brawl créent une certaine ambiance propre à chaque level, dynamisant ou poétisant les combats d'une saveur épique fort bienvenue. Enfin sauf quand on se bat dans le village Animal Crossing, mais faut bien un peu de lol WTF aussi.

3. Tir groupé sur Metal Gear Solid 1, 2 et 3 – Playstation 1 et 2

MGS, et c'est pratiquement sa marque de fabrique, concrétise un rapprochement indéniable et incroyablement salvateur entre le cinéma et le jeu vidéo. Sans lui, on aurait sûrement dû attendre plus longtemps les Deus Ex, Heavy Rain, The Last of Us et autres jeux tellement scénarisés et riches qu'on dirait plutôt des films interactifs.
Comme il se doit, il a donc une bande-son de grande qualité, mais sans oublier qu'il est avant tout un jeu vidéo d'espionnage et d'action : l'accent est mis sur la mise en scène, l'infiltration, l'ambiance, la tension dramatique ou la caractérisation des personnages. Clairement, on sent que la musique n'est pas là pour dynamiser ou être entraînante, mais seulement pour susciter des réactions chez le joueur : peur, panique, effroi, crainte, et parfois soulagement et sérénité avec les génériques (mention spéciale à The best is yet to come à la fin de MGS et à Way to fall de Starsailor à la fin de MGS3 : Snake Eater, ou à Snake Eater durant le générique de début du jeu éponyme).

C'est la première fois que j'ai entendu une              L'intro de MGS2 : tout est là-dedans.
musique qui collait aussi bien au jeu            L'intrigue, l'espionnage, l'action, l'héroïsme,
et à ses thèmes qu'à son cadre spatial, l'Alaska.       les grands combats, la classe, tout.

Le rapprochement entre les 7ème et 9ème arts est d'ailleurs encore plus flagrant à partir du second volet, Sons of Liberty, sur lequel officie avec le compositeur de Konami ce bon vieux Harry Gregson-Williams, connu pour ses bandes-son d'action ou d'espionnage dans le cinéma. La technique aidant, les cinématiques sont plus nombreuses, mieux intégrées au jeu, et le résultat n'en est que plus intense.

2. Dark Chronicle – Playstation 2.

Je l'ai dit dans le TFGA sur les jeux qu'on aurait dû davantage médiatiser, Dark Chronicle est mon RPG préféré et son esthétique audiovisuelle joue largement dans la faveur que je lui porte. Outre le cel-shading tout à fait appréciable, la bande originale est superbe, dans un style qu'on retrouvera chez le Professeur Layton. L'ambiance y est tantôt paisible, dotée d'un charme désuet à Palm Brinks, Veniccio ou durant les phases de pêche, tantôt plus tourmentée voire carrément tragiques à Désoland, aux ateliers Désogundor et surtout à Stonhenge Kazarov.

Ouais, c'est dans le même jeu. Incroyable hein ?!? Tu le sens le changement d'ambiance, le poids de la destinée, la lutte existentielle et la plongée dans le mystique ?!?

Les séquences dans le futur versent également dans le mystique plein de mystère avec une régularité confondante : le Sindain de l'arbre Jurak, le temple de la Vallée Stellaire ou encore les laboratoires psyché-psychiques donnent l'impression de se trouver sur une autre planète ou dans un monde fantastique-SF. Après, certains thèmes sont plus vifs et dynamiques, surtout dans les donjons, mais dans le cas classique des RPG, il s'agit surtout de créer des ambiances et souligner la mise en scène, surtout lors des affrontements fatidiques réguliers dans ce jeu – Battle for the future est tout simplement la meilleure illustration de ce mécanisme.


1. Tir groupé sur les Final Fantasy

Tellement prévisible que ça en devient honteux, mais la fameuse série de Square-Enix domine le paysage vidéoludique depuis tellement de siècles que la considérer comme le summum de la qualité n'est plus qu'une évidence que ne fait que confirmer le génie inégalé de Nobuo Uematsu.
Même si je ne peux parler que pour les FF que j'ai joués, soit les 7 à 10-2 (j'ai les numéros 1, 2, 3, 5 et 12 sous la main !), on constate que des efforts considérables sont fournis pour rendre chacun de ces titres uniques en leur genre. Du cyberpunk apocalyptique de FFVII à la pièce de théâtre interactive appelée FFIX, en passant par les deux derniers qui créent l'exploit de se doter de musiques différentes pour les mêmes zones, à deux ans d'écart, les Final Fantasy sont incomparables et témoignent clairement du talent des gens qui les composent.
Du latin, de l'italien, de l'ancien et du moderne, tous les genres sont mobilisés et jamais une ambiance, une mise en scène ou la caractérisation des personnages n'avaient été aussi abouties que dans un Final Fantasy.

          On est d'accord que sans la musique         Quand on pense qu'à ce moment-là,
                    ce serait moins bien ?              le drame qui se joue est purement théâtral.
                 JOUE A CE JEU ALEX.                            Imagine quand il devient réel.
              SINON ON VA T'OBLIGER.


Tu entends le thème de Cid dans FF7, tu as tout compris au personnage. Tu entends le thème de la BGU dans FF8, tu veux aller étudier dans cette fac. L'assaut sur Dollet, baptême du feu pour les mercenaires en devenir, est illustré par un thème déjà épique, à une demi-heure de jeu. Tu écoutes To Zanarkand, The truth revealed ou encore Someday the dream will end, et tu es totalement plongé•e dans la tragédie permanente qui se joue à Spira.
C'est bien simple, sur ces seuls 5 jeux, les musiques des Final Fantasy sont tellement riches et variées qu'avec mon VLC j'ai créé une playlist rien qu'avec des thèmes issus de ces jeux, et que je l'utilise comme fond sonore quand j'utilise mon pc, tous les 3 ou 4 jours au moins sans jamais m'en lasser.


         Salut, moi c'est Cid, ma vie est                           Sinon à Spira, de la Tragédie
    une ambition manquée vers la Grandeur,                          ils en ont aussi.
      t'as vu l'ambiance ? #JeLâcheRien                


Voilà, c'est terminé pour les bandes originales de jeux vidéo ! Bien sûr, j'aurais pu citer Deus Ex, Pokémon ou d'autres jeux, mais il fallait bien faire un choix : je suis plus touché et marqué par les titres que j'ai cités plus que par aucun autre.
Je n'oublierai jamais ces sons merveilleux et je fais partie de ceux qui se réjouissent que le jeu vidéo « c'était pas mieux avant », parce qu'avant on n'avait pas la possibilité de pousser à ce point le média musical au sein du jeu vidéo ni d'en faire les applications aussi larges qui sont les siennes aujourd'hui.

Comme j'ai fini de rattraper mon retard sur les TFGA que j'ai manqués avant de découvrir ce rendez-vous mensuel, et que j'ai passablement spammé mon propre blog avec cette nouvelle catégorie, je me permets un rappel de tous les articles que j'ai écrits pour l'instant à ce sujet, le prochain et numéro 9 devant à priori arriver bientôt.

1 commentaire:

  1. Je ne joue pas mais j'aime bien certains OST de jeux vidéo ! En ce moment, c'est : Journey et Ori and the Blind Forest !

    Je ne suis pas très sensible au charme des OST de Final Fantasy, par contre, je ne connaissais pas celles de Dark Chronicle et Metal Gear Solid et je pense y regarder de plus près pour les insérer dans mes playlist !

    Merci pour ces découvertes !

    RépondreSupprimer