Barre-menu

20.6.15

TFGA n°9 : nos peurs inavouables


Le retour du rendez-vous mensuel !
Ouais je sais, j'ai super bien choisi mon timing pour le rattrapage des TFGA précédents, du coup j'ai maîtrisé la compétence Autospam, spécialité Articles de blogs ^^ Tiens, d'ailleurs je vais désormais utiliser l'image officielle des TFGA pour chaque participation, et mettre à jour les anciennes, ce sera plus cohérent.

Donc ! Numéro 9 ! Celui-là a leaké depuis un moment sur Twitter (entre autres), parce qu'on est dans le jeu vidéo et que le leak, c'est pratiquement une technique de vente. Sauf que le sujet m'inspirait pas quand je l'ai découvert, ni deux semaines plus tard, jusqu'à... bah, hier. Et encore, j'ai trouvé 3 idées ce matin.
A quelle sauce va-t-on être mangés ce mois-ci ? Bah elle risque pas d'être appétissante puisqu'il est question, comme le dit le titre, de nos peurs inavouables, qui ne le sont pas tant que ça vu qu'on les avoue et... enfin bref. Qu'est-ce qui me fait peur dans le jeu vidéo en général et à l'heure actuelle ? J'ai bien 5 réponses à vous proposer, ouais je suis comme ça moi.


5. La panne de PC.

J'ai déjà possédé plusieurs exemplaires d'une même console à la suite (en l'occurrence la PS2 et la DS), donc j'ai pas peur que ma console me lâche, elle l'a déjà fait et maintenant ça risque plus d'arriver (je possède actuellement ces deux-là et une Wii rouge vif et je les traite avec un soin religieux).
En revanche, j'ai mis des années à maîtriser la bestiole PC, et pour un joueur qui est devenu clairement pécéiste depuis qu'il n'a plus de télé à la maison, c'est grave. Maintenant que j'ai monté (depuis l'an dernier) une config de bâtard qui va tenir genre 7 à 10 ans avant d'avoir besoin d'être remplacée (surtout au rythme où je finis mes jeux : pas rapide et pas au moment où ils sortent, j'ai déjà quelques années de décalage ^^), j'ai plus besoin de l'ouvrir.

Ouais parce qu'en plus je tourne sur pc de salon hein (mon pc portable est mouru, connectiques de DD, à expédier en réparation -_-), faut pas déconner non plus, t'es pas gamer sur un pc portable -_-'

Mais pendant longtemps, j'avais l'angoisse du PC qui ne s'allume pas, au point de prendre des notes, à chaque fois que je le touchais, sur ce que je faisais pour le refaire à l'envers et tout remettre comme c'était quand ça marchait.
On parle quand même d'un bestiau qui est capable de vous dire fuck simplement parce qu'un câble est pas branché dans la bonne prise, y compris pour un truc aussi accessoire que le lecteur de disques (sérieux PC, t'as jamais entendu parler du téléchargement, du dématérialisé, de Steam ?), alors même que l'alimentation fonctionne et circule parfaitement. Connard.
C'est bon, maintenant je gère, mais il a fallu du temps.

4. Le survival-horror.

A l'époque quasi-préhistorique lors de laquelle j'acquis vaillamment (en l'achetant chez Dock Games à Dunkerque) le légendaire Metal Gear Solid, ces incontestables psychopathes de chez Konami avait trouvé bonne l'idée d'offrir au passage un disque de démo de leur premier et à l'époque seul jeu de survival-horror, Silent Hill.
C'était pas l'idée du siècle.
Durant cette époque troublée, j'étais jeune et naïf. Curieux et candide. Alors j'ai essayé ladite démo, pour voir ce que me proposait l'un de mes studios de développement préférés (j'vous dis, j'étais ignorant à l'époque, maintenant j'ai plus de préférence. Pas vrai Bethesda ? J'veux dire, GearBox. Enfin non Cyanide. Et Lionhead. Firaxis ♥).

Hahahahahahahaha.... NOPE.

Je me suis donc retrouvé dans une école désertée, en pleine nuit, dans le noir complet, avec une cour intérieure habitée par deux zombies assez inamicaux et quelques copains disséminés aléatoirement dans certaines classes. Et pour seule alliée une lampe torche.
Nope.
Mais y'avait un autre niveau, attention. Donc j'ai couru après cette gamine un brouillard tel que je ne voyais plus à dix pas, je l'ai suivie dans une contre-allée, ai franchi une grille de métal et me suis engagé dans une ruelle. Puis j'ai tourné à un coin, et un second. Et j'ai contemplé, hypnotisé, une tache de sang qui maculait le mur jusqu'à quelque chose comme 2 ou 3 mètres de haut.

Et plus jamais j'ai joué à un survival-horror. Je suis une petite nature. J'avoue, je suis une lopette, c'est au-dessus de mes forces. Rien que jouer à Medal of Honor (le premier, avec les missions nocturnes et les Teutons qui gueulent au loin) dans le noir c'était limite.

3. Tir groupé sur Métalosse et ses amis les connards cheatés.

Je suis pokémaniaque pratiquement depuis la première heure, j'ai commencé avec la Jaune, puis Or, Argent, Cristal, Bleu, Rouge, je les ai presque toutes faites. Bon, j'ai pas (encore) la 3DS alors j'me suis arrêté aux Black, White et remakes Gold/Silver. Et j'ai vaincu toutes les Ligues que j'ai affrontées, même celle de Sinnoh (ces versions pourries) et celle d'Unys, qui introduit pourtant des doubles-types aberrants et un Dragon-Ténèbres barbaresque appelé Trioxhydre.
Toutes ? Non ! Une petite Ligue résiste encore et toujours au compétiteur. CELLE D'HOENN. ET CE CONNARD DE METALOSSE.

Saleté de ptain de... GRR ! 'foiré !

J'veux dire, soyons clairs : un pokémon Acier c'est lourd, lent et résistant. Mon Galéking, je l'ai pas pris pour aller cueillir des mûres ni avoir l'avantage de la vitesse. Et cette merde à quatre pattes me dégomme systématiquement, il est rapide, il est puissant et il a peu de faiblesses. LE CON.
Le pire c'est que cette tendance à l'origine rare s'est vastement diffusée : les pokémon cheatés qui balancent des coups hors de propos. Genre un piaf ou un aquatique avec de la foudre, un dragon avec de la glace, j'ai même vu un Ptéra ou un Dracaufeu m'expédier Tonnerre, je crois.

DAFUCK ?!? Exit les spécialisations, les pokémon peuvent faire n'importe quoi, et au diable les types. Comment on peut élaborer une stratégie correcte avec ça ? J'ai l'air d'un gosse de Pokémon Trash ?!?
Moi je dis NON. Et j'angoisserai avec les nouvelles versions, quand j'aurai la 3DS, parce qu'à tous les coups ça va recommencer.

2. La perte de qualité des jeux vidéo.

Je suis pas un vieux gamer, j'ai commencé avec la SNES et surtout la PSX. Cela dit, ce dernier format a eu un effet révolutionnaire (et généralisé surtout) en termes de gameplay : la SAUVEGARDE. Le nombre d'heures nécessaires pour finir un jeu comptait maintenant au moins deux chiffres. Metal Gear Solid, à peu près 6 ou 7 en allant pas trop vite. Final Fantasy 7, 8, 9, dans les 60 au minimum. Final Fantasy 10, j'avais des potes à la fac qui ont coincé le timer au maximum possible. Le CEM, tout ça.

De nos jours, on est content quand un jeu dure plus de douze heures. Les FPS misent tout sur le multi et pas sur le solo, la narration, la durée. Les Elder Scrolls font figure d'exception, de modèle. On paie ultra-cher des jeux qu'on finit très vite avant d'enchaîner sur le suivant. On se sent pas impliqué dans une histoire qui ne dure pas. C'est pas pour du flan si on l'a pleurée, la Aeris, ça faisait un moment qu'on voyageait avec elle.

J'me permets de réutiliser cette image de Gaararyuha, parce que c'est TROP CA.

Pire encore, maintenant les jeux sont vendus en kit. On se sent privilégiés quand on nous offre un jeu qui, dès sa sortie, fonctionne sans problème et n'a pas besoin d'ajout. Avant, des DLC qui vendaient du bonus accessoire, des ajouts cosmétiques. Maintenant, des jeux pas finis et complétés par le contenu payant, la faute à des éditeurs qui produisent à une allure industrielle. Le jeu vidéo se veut un art, mais ne prend pas le temps de façonner ses bijoux.
Et moi, qui m'investis longuement dans chacun de mes titres, qui choisis mes jeux avec parcimonie (et manque de moyens financiers (Jiminy, ta gueule. On est pas pauvres, on est malins)), qui tombe souvent sur des jeux parfaits (les Borderlands, dont les DLC sont de véritables extensions, à l'ancienne, les Elder Scrolls) ou pas très chers (les indépendants sur Steam), je suis empli de crainte à l'idée que même ce bastion de la qualité et du joueur traité avec respect finisse par s'écrouler aussi.

1. Les Elder Scrolls-like.

J'ai découvert les RPG avec les Final Fantasy. Belle entrée en matière. Je n'ai juré que par les RPG japonais jusqu'à ce que je joue à Fable : The lost chapters, sur PC. Ensuite, j'ai tenté Oblivion, et là, merveille, révélation, amour et passion (ça rime, paf).
Du coup, aucune hésitation, Skyrim serait le suivant. J'attends avec une impatience qui confine à la frénésie la sortie du projet fan-made Skywind. Et je tente d'autres RPG occidentaux à l'occasion, espérant retrouver cette profondeur de l'univers, cette richesse de la narration, ce monde ouvert, ces nombreux personnages et possibilités.

Putain un RPG à la première personne avec un monde ouvert, une durée de vie de malade, une bonne narration et un million de trucs à faire, c'est pourtant pas trop demandé ! Si Bethesda y arrive, pourquoi pas les autres ?!?

C'est pas le cas.
J'ai tenté Two Worlds 2, en promo sur Steam : de la merde, aucune explication sur l'interface. J'ai testé The Guild 2 : simulation de vie médiévale-réaliste, tuto foiré et pas très sexy, comme concept. Je guette régulièrement les nouvelles de The Elder Scrolls VI : Argonia (du moins à priori il devrait s'appeler comme ça), et en attendant j'angoisse à l'idée que le RPG occidental de qualité se limite à Bethesda. J'ai aimé les Dragon Age, mais c'est pas la même chose, on est plus dans le KOTOR ou le Baldur's Gate (du même studio d'ailleurs).
Moi c'que j'veux, c'est tout ce que j'ai trouvé dans Oblivion et Skyrim, mais dans un jeu qui s'appellerait pas The Elder Scrolls. Pour la variété, la nouveauté, et aussi parce qu'un jeu tous les 5 ans, c'est pas énorme. En attendant, je reviens à mes genres de prédilection, plate-formes et stratégie, mais la boîte de Pandore est ouverte, il me faut du Elder Scrolls-like et je panique à l'idée de pas en avoir avant des années.


Voilà voilà, finalement j'ai réussi à trouver 5 trucs qui m'effraient ou m'emplissent d'inquiétude dans le monde du jeu vidéo, c'était bien d'attendre, de réfléchir et de voir ce que les autres ont fait, parce que je pense que j'avais pas compris la grande ouverture du sujet avant de voir leurs résultats.
Je signale aussi que j'ai créé ici même une catégorie dédiée au TFGA à l'occasion de mes rattrapages, si vous voulez voir ce que j'ai dit sur les anciens sujets.

Allez, bonne journée, n'ayez pas trop peur de l'avenir vidéoludique, des tas de gens bien s'efforcent de le rendre heureux, et jouez, jouez, écoutez, regardez et touchez ! Le 9ème art est sans fin !

1 commentaire:

  1. "De nos jours, on est content quand un jeu dure plus de douze heures."

    Je pense que tu as tout dit ici et c'est un point qui résume pas mal de syndromes dont souffrent certains joueurs, nous, les "vrais" ^^

    C'est navrant de penser que la génération actuelle se content d'un solo d'une dizaine d'heures de jeu à peine et a hâte qu'un DLC sorte (!) pour prolonger l'aventure. Putain, qu'ils réduisent les budgets Com' pharaoniques je ne sais pas, mais il y a encore quelques années un jeu on y passait plusieurs dizaines d'heures ! Tu cites mon petit FFX, j'y ai passé plus de 700h bordel :x

    Enfin, je vais m'arrêter là mais tu mis le doigt dessus ! Ah et même si je ne joue pas aux Pokemon récents non plus, c'est en effet aberrant ce multi-typage des Pokemon pour qu'ils puissent faire tous genres d'attaques ...

    RépondreSupprimer