Barre-menu

21.12.15

TFGA n°15 : les jeux de mon 2015


Salut les amateurs de culture !
Histoire de finir l'année de manière classique, sans prise de risque, le dernier TFGA propose tout simplement un bilan des jeux 2015. Ceux qu'on a joués, pas forcément ceux qui sont sortis cette année. Je crois que j'ai joué à aucune sortie de l'année.
Les cinq jeux de 2015, les plus marquants, les plus mémorables. Pour ma part ça n'a pas été très difficile parce que contrairement à la majorité des gamers qui contribuent aux TFGA, je ne joue pas sur consoles (en tout cas plus depuis quelques années) et encore moins sur consoles de dernière génération, ce qui veut dire que mes jeux vidéo, ce sont pas des merdes que j'expédie en une semaine.

Concrètement, sans les compter tous parce que j'en oublierai sûrement, je serais content si je pouvais affirmer avoir joué à quinze jeux différents cette année, exception faite de ceux que je refais régulièrement (Skyrim, Borderlands 2, Civilization IV, les Pokémon sur DS).
Parce que oui, mes jeux prennent du temps et demandent de l'investissement, ceux qui les développent respectent leur public. Alors, les cinq plus mémorables parmi les quelques uns de 2015. C'est parti.


5. Crusader Kings 2.

Ce jeu, que j'ai découvert grâce à mon ami Syrya-le-mentor, est un des plus développés et des plus élaborés que j'aie jamais vus. Le concept de base n'est pas spécialement sexy pour les jeunes générations qui préfèrent les merdes bourrées d'action et expéditives des consoles next-gen, mais les joueurs plus âgés qui aiment le contenu étoffé, de qualité, et dans le cas présent l'Histoire sont absolument ravis.
Dans les faits, CK2 fait incarner par le joueur un personnage du Moyen-Age central (environ du XIème au XIVème siècle). Un personnage noble. Puis on doit gérer toute sa famille : les liens féodaux, les alliances militaires ou matrimoniales, la religion, la place dans la géopolitique européenne, le but étant évidemment de favoriser l'ascension sociale.

En plus en fonction des réactions de tel ou tel personnage (y'en a une infinité), chaque partie est unique et un peuple donné peut se retrouver n'importe où. Certaines uchronies dans ce jeu sont totalement perchées XD

Ce jeu, je l'ai adoré, même si trouvé assez difficile au début, parce qu'on peut très bien commencer roi, mais aussi duc ou comte. Dites-vous que chaque territoire du jeu possède un comte et des barons. Des zones franches, des régions libres façon Total War, y'en a pas. Graphiquement, il est pas moche du tout et du coup, j'y ai passé des heures de réflexion, de stratégie et de plaisir. Et encore, j'ai même pas fini de reconstituer le royaume de Logres à partir de l'Irlande ♥

4. Wakfu.

J'dois admettre que mettre ce jeu dans le TFGA, j'ai failli pas le faire au profit de Don't Starve. MAIS Wakfu est marquant à mes yeux parce que, pour le gamer solitaire de longue date que je suis, jouer à un MMORPG, c'est une sacrée évolution. Je compte bien faire un article à ce sujet pour expliquer pourquoi il me semble intéressant et il me plaît, mais du coup, c'est clair, j'adore Wakfu !
Ses graphismes simples et colorés, son humour simple et accessible bourré de jeux de mots, ses quêtes certes répétitives mais qui accompagnent bien l'évolution du personnage, l'univers et le background, tout bêtement...
Ces derniers mois, j'y ai joué moins souvent que plus tôt dans l'année, rapport à un déménagement suivi d'une connexion de moindre puissance et à un boulot tout neuf (que j'adore) qui me prend un max de temps, mais je compte pas l'abandonner ^^

Désolé pour ceux que ça pourrait froisser... mais le design graphique de World of Warcraft, ingame, j'le trouve moche.

3. League of Legends.

Et encore un jeu massivement multijoueur en ligne ! Ce jeu-là, je m'y suis mis grâce à mon amie Unikitty le chaton-licorne et si je l'ai brièvement boudé parce que je suis pas fan du concept de jeu où tu peux passer des heures à te défoncer pour paumer systématiquement à cause de crétins arriérés, je veux dire d'autres humains infoutus d'assimiler les concept de courtoisie, de travail d'équipe et de stratégie, mais le fait est là, l'univers de LoL et le background des personnages est bien tôt intéressant pour que je ne me penche pas dessus.
Et puis accessoirement, une bonne petite game en PvBot de temps en temps ça fait toujours plaisir. Je continue à m'entraîner là, j'attends 2041 pour retourner en PvP, à ce moment-là tous les bons joueurs auront changé de MOBA et il restera que les nuls comme moi.

Et puis je risque pas de plus avoir envie de jouer à LoL avec une raison pareille : elle est pitite, trop mignonne, avec un gros canon et la voix de Caroline Pascal ♥

Blague à part, Tristana, Caitlyn, Miss Fortune, Jinx, Graves, Sivir, Varus, autant de noms que j'apprécie et de compétences que j'adore utiliser et expérimenter dans un jeu où on tombe plus régulièrement sur des gens sympa que sur des sous-merdes. Je compte pas arrêter non plus.

2. Trine 2 : Enchanted Edition (inclut Goblin Menace).

Ceux qui suivent un peu mon blog doivent savoir tout ça : 1. j'adore les jeux de plate-formes, 2. j'ai adoré jouer à Trine 2 qui est à mes yeux l'un des plus beaux jeux de plate-formes de tous les temps, 3. j'en parle régulièrement depuis que j'y ai joué pour que le plus de monde possible l'adopte aussi.
Alors j'en parle maintenant pour que vous l'adoptiez aussi.

Je rappelle que Trine 2 c'est ça : le jeu magnifique que tu peux jouer sur son menu principal aussi.

Trine 2 est un jeu littéralement féerique, avec une charte graphique, un univers, des effets visuels et de lumière absolument somptueux, et la bande-son est totalement conforme à ce parti pris.
En plus, pour un jeu de plate-formes sur PC, et donc développé par un studio indépendant comme c'est bien souvent le cas dans ce genre, sur ce support et sur Steam, il est raisonnablement long, encore plus en incluant son DLC.
Il est drôle, pas trop facile, intègre des éléments de RPG : tout ce qu'il a fallu pour me plaire et être mémorable à mes yeux ♥

1. This war of mine.

De très loin le meilleur jeu que j'ai découvert cette année. Encore meilleur que le déjà excellent Trine 2 dont je viens de parler.
Comme je l'ai dit récemment à mon ami Mao, This war of mine est à mes yeux un titre de référence pour une raison simple. Supposez qu'il est produit comme un film, que les scénaristes ont écrit un pitch qu'ils envoient aux développeurs en leur disant « proposez-nous quelque chose là-dessus. »

Je rappelle ça à votre bon souvenir, parce que voilà.

Et bah This war of mine, c'est la copie parfaite. 20/20 dès la première lecture.
Les développeurs du jeu ont voulu évoquer un sujet particulier – la guerre contemporaine du point de vue de ses premières victimes, les civils pris dans les conflits et piégés dans les villes assiégées – et ont voulu susciter chez le joueur certaines impressions ou émotions – l'abandon, la peur, la solitude, le désespoir, l'ennui – afin de renforcer l'immersion et l'identification aux personnages principaux.
Et de mon point de vue, This war of mine remplit totalement ces objectifs, de la manière la plus réussie possible. Les graphismes, la bande-son, les mécanismes de jeu simples et austères, dans lesquels le joueur n'a pas besoin d'investir sa concentration et son attention, le côté sombre et tourmenté de l'atmosphère et le fait que le jeu se restreigne à ses seuls survivants, dans l'abri, sans aller voir chez les voisins, avec cet arrière-plan flou et lointain, tout dans This war of mine réduit et referme notre univers sur ce qui est au cœur du titre.

Difficile de ne pas ressentir de la détresse quand ton univers se résume à des besoins simples et à l'incapacité de les combler, enfermé que tu es dans une maison en ruine à cause des pignoufs qui font la guerre dehors.

Bref, il n'est pas le jeu le plus joyeux, le plus coloré ou le plus extraordinaire de qualité visuelle ou de prise en main que vous verrez, mais à mes yeux il est le plus mémorable.

Add-On : ils auraient pu y être.
Don't Starve, même s'il est très difficile et que je suis loin d'avoir découvert toutes ses possibilités (pour commencer je ne l'ai pas encore joué en multijoueur), parce qu'il a vraiment capté mon attention pendant une partie de l'année, et Deus Ex : Human Revolution qui, bien qu'il soit trop court et ne m'ait pas durablement marqué, est un bon héritier, en termes de mécaniques et de gameplay, au Deus Ex original, tout en écrivant sa propre histoire en partie liée à celle du diptyque des Denton (DX et DX Invisible War).


Bref, vous l'avez constaté, j'ai pas joué à beaucoup de jeux différents cette année, mais au moins, mes jeux impliquent un investissement en temps, en attention et en émotions qu'on voit trop peu et de moins en moins ces dernières années. Je pense que 2016 risque aussi de ressembler plus ou moins à ça, et je dois dire que je m'en réjouis.
Sans variété, point de qualité, disait Voltaire, mais sans s'attarder sur chaque découverte culturelle que l'on fait, on risque de n'en retenir aucune.

2 commentaires:

  1. Si je comprends bien, j'ai pas énormément d'excuses pour ne pas avoir fait Trine 2 que j'ai pourtant sur mon Steam depuis... Longtemps.

    Ok, ok, je m'y mettrai.

    RépondreSupprimer
  2. Trine 2 m'intrigue du coup! Je vais y jeter un coup d'oeil ;)

    RépondreSupprimer