Barre-menu

24.1.16

Le cancer du jeu vidéo, vous en êtes la cause.

J'aime bien les gamers. J'en connais vachement plus depuis que j'en suis plein sur Twitter. Merci encore une fois à ma ptite sœur Doc Addict de m'avoir fait découvrir le TFGA grâce à qui je les ai tous rencontrés, virtuellement.
En plus c'est très facile de bien s'entendre avec les gamers quand on a avec eux des points communs sur le jeu vidéo, on est d'accord sur à peu près tout. Bon, mis à part le fait que le PC est infiniment supérieur à vos consoles de merde pour tellement de raisons que je vais pas m'attarder à les évoquer ici.



L'un des enjeux majeurs du jeu vidéo contemporain, et qui se retrouve régulièrement non seulement dans les TFGA mais également dans nos échanges et nos interventions sur Twitter réside dans les contenus additionnels, sur lesquels on a tous le même point de vue. On n'aime pas ça. Les DLC sont un des facteurs évidents de la monétisation à outrance du jeu vidéo, au détriment de la création artistique et du plaisir vidéoludique.
De plus en plus, les éditeurs vendent leurs jeux en kit, avec un contenu original squelettique et d'innombrables ajouts payants ultérieurs à la sortie. C'est une des raisons qui me fait préférer le PC aux consoles : déjà, on peut modder nos jeux, ensuite, nos développeurs nous prennent pas pour des vaches à lait.

Mais bon, si vous avez pas joué aux Borderlands avec leurs DLC, au triptyque Skyrim-Dawnguard-Dragonborn ou encore à Trine 2 et son Goblin Menace, vous pouvez pas réaliser à quel point certains studios – ici Gearbox, Bethesda et Frozenbyte – traitent leurs joueurs avec respect et proposent pour des prix modiques de véritables extensions qui représentent généralement au moins 50% supplémentaires, en temps de jeu et en contenu, par rapport au jeu qu'elles étendent.


Cette image est archi-connue, mais elle a le mérite d'être claire et directe.

Je crois que le summum de l'aberration capitaliste, dans les DLC, ce sont les Season Pass. J'ai dû me renseigner grâce à cet article de PSZone.fr pour savoir ce que c'est, parce que je suis pas du genre à payer avant d'avoir bien examiné le contenu, ce qui va exactement à l'inverse du concept de Season Pass.
Apparemment, avant même la sortie du jeu, tu achètes un « ticket VIP » qui te donne droit à des avantages interdits au reste du public, du moins jusqu'à ce que l'éditeur se dit que eh, se faire de l'argent sur le plan grand nombre et pas juste sur les plus impatients/stupides/riches/passionnés, c'est quand même bien. Et au passage, les réductions que tu fais sur les DLC à venir d'un jeu pas encore fini, elles valent pas le coup si, comme je l'ai dit plus tôt, les DLC sont désespérément ascétiques.

Eh, sérieusement, sérieusement ! Regardez la petite ligne en bas !! 50$ le Season Pass et 10$ d'économie par rapport au prix de base des DLC de 15$ chacun ! QUINZE DOLLARS LE DLC !! SOIXANTE POUR LES QUATRE.
Mes élèves jouent à Call Of. Ils sont tous petits et très cons, et leurs parents ignorants. Vous, les adultes, c'est quoi votre excuse pour vous faire arnaquer sans cesse par les gros studios ?

Après, si vous êtes assez cons pour payer très cher des jeux vidéo pas encore sortis ou des DLC en masse malgré la pauvreté de leur contenu ou pour claquer des fortunes en jeux vidéo plutôt que dans le permis de conduire, une bagnole, des fringues, des cadeaux pour ceux que vous aimez, un mode de vie plus sain, une nourriture moins éco-meurtrière, c'est vous que ça regarde, eh, je suis qui pour vous juger, bandes de tarés inconscients ?
C'est pas comme si les éditeurs étaient d'autant plus outranciers dans leur politique monétaire justement parce que l'apathie des gamers amorphes et dénués de sens critique leur permettait cette attitude cynique et profiteuse à loisir. Attendez, si en fait.
Non, pour moi le problème se pose quand la passivité inepte des gamers engage davantage qu'eux-mêmes et a des répercussions plus larges.

Les gens qui jouent aux jeux vidéo sont comme tous les autres êtres humains, des citoyens de la Terre. Il leur appartient donc de prendre soin de leur environnement afin de léguer aux générations futures un monde propre et sain dans laquelle la vie sera non seulement possible, mais encore facile voire agréable. Parce qu'au point de vue environnemental, à l'heure actuelle, on vit moins bien et on a moins de raisons d'avoir confiance dans l'avenir qu'on pouvait le faire dans l'Antiquité romaine.
Or, leur attitude actuelle vis-à-vis du consumérisme vidéoludique est absolument tout sauf responsable. Je vais détailler ma pensée, ça va être long et éprouvant, et tant pis pour vous, mais comme ça vaut le coup, vous devriez lire jusqu'au bout.
[#allitération en -ou : success unlocked]



Du pétrole, du pétrole et encore quelques gouttes de pétrole, le tout sous forme de plastique bon marché probablement pas recyclable dans un loisir qui pourrait parfaitement s'en passer. Ca vient de chez elle.

Bon alors les jeux vidéo ne sont pas un loisir écolo, ça je le sais depuis toujours, c'est acquis, si je voulais un loisir écolo je m'adonnerais au dessin, au modélisme ou à la philatélie. Mais la dématérialisation a cet avantage, en plus d'avoir levé ma dépendance à ces trouducs de postiers, de m'éviter le Xbox live et le PSN, de rendre les jeux plus nombreux et moins chers et de m'éviter les DLC, enfin bref, jouer sur PC c'est mieux. 
Donc elle a cet avantage-là de réduire la production matérielle nécessaire pour me fournir des jeux vidéo. Je suis pas exigeant, je crois pas une seule seconde que Valve mettra un jour la clé sous la porte et qu'on doive, nous par millions, exiger remboursement pour nos jeux Steam, alors filez-moi un logiciel à télécharger ça me suffit.

Par contre, d'autres gamers, plein, ceux qui jouent sur console principalement, se foutent royalement de l'impact environnemental de leur loisir préféré, principalement parce qu'ils n'en sont pas conscients. Je refuse de croire que les Prophétie91, les Gabssama, les Khanapay, les Black Stormy et autres Koala soient cyniques au point de dédaigner l'environnement pourvu qu'ils puissent jouer.
Mais y'a des limites. A l'ignorance et à la désinvolture.
Si vous croyez que votre loisir préféré est absolument sans dommage, mes amis, vous vous leurrez.

Je vais prendre des exemples concrets, ce sera plus clair. Imaginez qu'un jour un jeu attendu depuis des années soit annoncé, développé puis publié. Que les joueurs aient enfin la possibilité de reprendre les aventures de ce survivant qui quitte son abri nucléaire pour se lancer dans un monde post-apocalyptique afin de trouver pour les siens de meilleurs moyens de vivre, seulement accompagné par son fidèle chien et par un arsenal conséquent. Les éditeurs de jeux vidéo ne manqueront pas de proposer des éditions spéciales avec un packaging de dingue, mettons par exemple une bombe nucléaire modèle réduit en plastique, dans laquelle se trouve le jeu lui-même, des livrets détaillés sur l'univers du jeu, la conception des lieux virtuels, des personnages, de la narration, tout ça, avec quelques figurines pour faire bonne mesure.

Toi aussi, assassine ta planète avec des bombes nucléaires petit format, YEAH !!

Et bah dans notre exemple, tout ceci existe en édition limitée ! Après, « limitée » est ici un terme relatif, il peut y en avoir mille, dix mille ou cent mille dans le monde, ça reste fixe même si c'est beaucoup. On s'arrête à un nombre fixe et on va pas au-delà. Par comparaison, les jeux vidéo n'existent justement pas en édition limitée. Qu'il s'agisse évidemment des versions dématérialisées, qui sont reproductibles à l'infini, ou des versions physiques. Quand un magasin a épuisé un jeu en particulier, on lui en fournit une nouvelle quantité et par exemple, le jeu là, Champ de Bataille 3, sera produit sans cesse aussi longtemps qu'il y aura des magasins à fournir jusqu'à ce qu'un Champ de Bataille 4 sorte à son tour.
Bon, pour le coup y'a déjà un Champ de Bataille 4 qui est sorti et même un spin-off en 2015, mais vous avez saisi l'idée.

Et puis faut pas se leurrer hein, vos machins en plastique, là, c'est pas du fait main hein. C'est pas de l'artisanat. Non seulement ça existe en édition limitée mais en plus, comme pour toute production en série, même limitée, c'est fabriqué à la chaîne. Ce qui veut dire – là c'est le moment où ça va devenir chiant et où vous allez pouvoir percevoir le danger environnemental de votre loisir préféré, je préviens :
  • Qu'il faut fabriquer les pièces détachées de vos machins en plastique avant de les assembler pour avoir le produit fini.
  • Qu'il faut fabriquer des machines-outils qui fabriqueront les pièces détachées en question.
  • Qu'il faut fabriquer des machines ou des machines-outils pour fabriquer les machines-outils qui fabriqueront les pièces détachées.
  • Qu'il faut se procurer les matériaux nécessaires à la conception et à la réalisation des pièces détachées, mais aussi des machines-outils qui les fabriquent. Comme on est dans l'ère du plastique, le machin que vous achetez est en pétrole et les machines-outils vraisemblablement en métal.
Ça commence à devenir perturbant hein ? Attendez, j'ai pas fini. On est dans l'ère de la mondialisation. Ça veut dire que les éditeurs de jeux vidéo qui passent commande pour vos merdes en plastique les font probablement fabriquer par des usines qui se trouvent dans des pays en voie de développement. Les machines-outils, en revanche, sont possiblement produites dans des pays développés, et encore, c'est pas sûr. Donc à la fabrication des différentes pièces, il faut ajouter le transport, en bateau avec ce que ça représente de carburant – encore du pétrole – pour le trimballer sur les mers. Les machines-outils vers les usines de production, les objets finis depuis les usines de production vers le lieu d'acheminement.

Ceci est un porte-conteneurs. L'un des machins avec lesquels tu contribues à assassiner la planète à chaque fois que tu achètes une merde en plastique inutile et décorative à un éditeur de jeux vidéo capitaliste et hautement cynique.

Et comme vos machins sont des éditions limitées, une fois que le stock est produit, il faut détruire les machines-outils qui les ont fabriqués, ou les transformer pour qu'elles puissent fabriquer d'autres machins en plastique et en édition limitées. Et détruire ou transformer des machines-outils, ça consomme de l'énergie.
Dites-vous qu'à chaque étape, un peu de temps et de carburant (parce que les usines ne fonctionnent toujours pas à l'énergie propre et renouvelable) est dépensé, y compris lors du transfert des différents composants d'un endroit à l'autre du monde.
Et comme si ça suffisait pas, une fois que le truc est assemblé, il faut fabriquer le packaging – machines-outils, plastique, pétrole – et l'expédier jusqu'au lieu de vente. Ou, vraisemblablement, jusqu'au lieu de stockage d'où il sera expédié par les services compétents – encore du transport en bateau puis en camion/voiture et du pétrole brûlé – vers le client qui aura acheté cette merde en édition limitée.
Et tout ça à un prix prohibitif.
Je suis à peu près certain qu'acheter une merde en plastique édition limitée qui accompagne la sortie d'un jeu vidéo, c'est plus nocif pour l'environnement qu'élever et tuer une vache pour la manger. Ouaip, vous êtes pires que des carnistes.

En plus, la pratique du jeu vidéo appartient à une vaste sphère culturelle qui tend au mimétisme, en l'occurrence, l'imitation d'un mode de vie admi, celui des Japonais, avec tout le côté otaku qui s'en suit. De manière générale, les gamers qui ont pris leur indépendance de l'autorité parentale adoptent assez souvent ce mode de vie, intègrent cette sphère culturelle, appartiennent à une classe sociale assez aisée (parce qu'il faut avoir les moyens de claquer du fric en jeux vidéo et goodies de plus en plus chers), et donc comme les Japonais qu'ils admirent, ils bouffent des sushis. Beh ouais, toute la classe sociale mange des sushis et se prend pour des Japonais, pourquoi ils s'abstiendraient ?!? Regardez Kev' le Connard et PlayHer Caro, zéro conscience environnementale, rien à foutre de la planète.
Je rappelle que manger du poisson c'est pas écolo. Les animaux marins n'ont pas le choix, leur alimentation repose sur le poisson. Nous, on a le pouvoir de s'en passer pour ne pas les affamer et tuer la planète.

Top ! Je suis un animal innocent et sociable probablement plus intelligent que l'être humain, je suis grand beau fort et pacifique mais je passe l'essentiel de ma vie en esclavage dans des prisons où l'on me force à me reproduire avant de m'arracher mes enfants et où je suis obligé de jouer au singe savant devant des imbéciles par milliers avant de mourir de maladie et de dépression au lieu d'avoir une vie longue et productive dans mon environnement naturel, je suis sous-nourri et je risque de mourir de faim même dans mes océans natals à cause de ces mêmes imbéciles qui ne cessent de voler ma nourriture pour la donner à leurs semblables au lieu de cultiver de la nourriture d'humains sur la terre ferme à laquelle je n'aurai jamais accès bref mon territoire est envahi par un ennemi arbitraire et impitoyable qui se réfugie bien à l'abri sur son propre domaine et je suis l'un des grands symptômes de l'espèce dominante et de la maladie traumatique de ma planète, je suis je suis... ?

Disons-le clairement, à une époque, la frontière entre jeux vidéo et jouets était claire et bien définie. Tout ce qui se passait sur l'écran de PC malgré la faiblesse des machines et sur la télé c'était du jeu vidéo, et tout le reste c'était des jouets. Maintenant, les deux sont étroitement mêlés.
Je vous ai détaillé, et encore, c'est pas exhaustif, tout ce qui est dépensé pour produire une cochonnerie en plastique que vous achèterez en édition limitée à la sortie d'un jeu vidéo. Ça coûte cher et ça pollue, certes. Mais ça rapporte davantage que ça ne coûte aux éditeurs, sinon ils le produiraient pas à perte.
Et plus important encore, c'est notre comportement de joueurs et de clients qui définit l'action des éditeurs. C'est une évidence mais je me dois de la rappeler : c'est la demande qui crée l'offre, et non l'inverse. C'est parce que les joueurs achètent ce genre de merdes qu'elles sont produites. C'est parce que les joueurs sont disposés à se faire arnaquer régulièrement par les éditeurs que ces derniers disposent d'une marge de manœuvre aussi outrancière. Comme pour les DLC.
D'ailleurs, aussi longtemps que les joueurs seront disposés à payer les éditeurs de jeux vidéo pour autre chose que des jeux vidéo, les éditeurs feront payer les joueurs pour autre chose que des jeux vidéo. Ce ne sont pas les développeurs qui décident de cette politique de merchandising à outrance et de produire à moindre frais des merdes en plastique ultra-polluantes, eux se contentent de faire les jeux, ce sont les éditeurs les coupables.



Vous êtes passionné-e de jeux vidéo et c'est comme ça que vous voulez vous exprimer ? En vous faisant arnaquer régulièrement et en vous obligeant à penser en détail le choix de votre domicile pour accorder une place toujours plus grande à des objets inutiles et encombrants qui n'ont qu'une valeur esthétique, au risque de consacrer une pièce entière de votre lieu de vie juste pour ces choses sans intérêt ?
Usul l'a clairement défini dans sa vidéo sur les thèmes musicaux dans le jeu vidéo : il existe mille et une manières de démontrer sa passion pour les jeux vidéo. Dessiner sur eux, écrire des romans qui en parlent, faire des films, des blogs, de la musique, diffuser des titres de qualité auprès de son entourage, ce que je n'ai cessé de faire à propos de Trine 2, reprendre une partie de leur contenu pour le réadapter à sa sauce, en dessin, en écriture, en peinture, voire même créer des œuvres d'art, parfois de très grande taille, dédiées au jeu vidéo, faire du cosplay, enfin les choix sont infinis et la plupart de ces modes d'expression d'une passion ne donnent pas d'argent aux éditeurs.

Je dois vraiment commenter cette image de l'Avatar de l'Arnaque ? Ubisoft n'est pas assez un conglomérat d'imposteurs et de braqueurs à vos yeux ?

Vous vous plaignez sans cesse des DLC, des contenus additionnels ou exclusifs qui ne le sont pas ou qui sont de mauvaise qualité, vous vous plaignez que les éditeurs vous prennent pour des vaches à lait et des porte-monnaie sur pattes ? Mais c'est vous qui créez ça, c'est vous qui les encouragez en acceptant leurs méthodes et en leur filant votre argent. Vous pouvez pas décemment vous plaindre d'un phénomène que vous encouragez, résistez, arrêtez d'acheter ces merdes en plastique et arrêtez de polluer la planète au passage, c'est évident, elle est là, la solution.

Est-ce que j'me plains de tout ça moi ? Clairement, oui. Est-ce que j'en ai le droit moral ? Bien sûr, parce que je n'y contribue pas. Mon argent va aux développeurs, notamment indépendants, pas aux gros studios capitalistes.
'tous des baltringues -_-'

4 commentaires:

  1. Je re-répète, mais les TFGA sont issus d'Alex, et que tu sois en froid avec lui ne changera pas le fait que c'est lui qui est le père de ce concept. En écrivant ce genre de choses, que les TFGA sont de moi, ce qui est totalement faux, non seulement tu me mets vraiment mal à l'aise, mais en plus tu m'attribues un succès dont je ne suis pas du tout l'origine, et j'ai l'impression de devenir un escroc. Alors, je t'en prie, je ne suis pas du genre à me fâcher, mais si tu continues à dire ce genre de choses, ce sera simple, je pousserais un énorme coup de gueule et j'arrêterais de te parler puisque tout ceci me blesse.
    J'aime beaucoup Alex, je le connais depuis plusieurs années maintenant, et je sais que tu le sais. J'évite de m'immiscer dans vos affaires, de prendre parti dans cette histoire, mais si à chaque fois que quelque chose se passe entre vous, tu m'y inclus, je vais finir par prendre position.
    Je ne cautionne pas le fait que vous vous insultez entre vous, mais il est vraiment temps que vous réglez cette histoire face à face, entre hommes, comme je l'ai déjà dit. Tu as tes idées, il a ses idées, la tolérance constitue à respecter les idées des autres, même si on est pas d'accord. Et j'ai l'impression que dans toute cette affaire, il n'y a plus la moindre once de tolérance.
    Alors maintenant, à toi de voir. Soit tu réattribues le succès des TFGA à Alex, et on en reste là, soit tu continues d'écrire que les TFGA sont de moi, et dans ce cas, j'écrirais un long pamphlet sur le non respect des droits d'auteurs (que tu connais bien étant écrivain) et nos relations seront relativement froides.
    Ce qui est vraiment dommage, car te connaissant beaucoup plus, je sais que tu peux être quelqu'un d'adorable et d'ouvert.

    Après, en ce qui concerne l'article en lui même, je suis d'accord sur le fait que la création de figurines/boitiers/la console en elle même pollue. Mais si tu y réfléchis bien, la production du matos pour PC également. L'or utilisé dans les composants électronique demande des moyens considérables pour l'extraire et polluent autant que l'extraction de pétrole. L'électricité consommé par les serveurs qui te permettent de jouer à Skyrim online ou à Dofus également. Toutes nos actions en tant qu'être humain polluent un peu plus chaque jour la planète.
    Nous sommes tous acteurs, plus ou moins à grande échelle, de la pollution de notre planète. C'est juste à nous de décider de quelle manière nous pouvons limiter cela.
    Je pense que ce n'était pas la peine de viser des personnes en particulier. Car ceci peut aussi se retourner contre toi.

    Après, c'est ton droit de t'exprimer, et d'assumer les conséquences de tes paroles ;) Et c'est mon droit de donner mon avis sur la question.

    Sur ce.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes, mais je ne joue pas à Dofus, ni à Skyrim online. The Elder Scrolls Online, d'ailleurs.
      Alors oui, bien sûr, mon mode de vie pollue, mais j'essaie de réduire cet impact négatif au strict minimum possible et surtout j'évite les dépenses ou pertes d'énergie et de ressources naturelles inutiles, contrairement à certains.

      Quant à citer des gens, ceux qui sont nommés ne sont pas critiqués si tu lis bien la phrase, à l'exception des deux à la fin dont l'insouciance environnementale est totalement avérée. Je ne reproche à personne de contribuer à un problème si la personne n'en a pas idée et n'est pas consciente de sa contribution. Par contre, je déteste et méprise les gens qui contribuent à un problème de manière totalement consciente en se disant que ce n'est pas à eux ce changer leur mode de vie ou pire, qu'il est hors de question qu'ils le fassent pour faire passer l'environnement avant leur confort personnel. Il y a là une question de morale et d'éthique et dès qu'on se place du mauvais côté, on perd tout crédit et tout respect à mes yeux.

      Supprimer
  2. Je ne vais pas développer un droit de réponse et me disperser concernant le sujet, Doc-Addict a déjà synthétisé beaucoup de mes griefs concernant ce post. Je dirais simplement, que les jugements de valeur tels que celui-ci servent juste à établir des barrières entres les individus et au final ne relance en rien le dialogue qui devrait dans ce cas-la s'instaurer.

    Personnellement et sans me justifier, il y a bien longtemps que j'ai pris des mesures ....Non-consommation de produit résultant de la production d'huile de palme, recyclage intelligent de mes "engins" électronique défaillant ou obsolète, etc...Maintenant comme le dis Doc, on est tous un peu responsables de la situation actuelle. Juste toi en écrivant cet article par exemple tu a fait "explosé" le compteur de CO2 et à moins d'aller vivre en complète autarcie dans une grotte, je ne vois pas comment réduire « significativement » notre propre impact sur l'écosystème qui nous entoure.

    Je finirais juste en disant que c'est bien dommage que ton article vire d'une certaine manière au règlement de compte. Un échange intéressant et courtois avec les intéressés nommé ici aurait au final été bien plus productif. Tout ceci, n'est que mon humble avis. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les intéressés en question, si tu parles bien des deux à la fin et pas des autres envers qui, encore une fois, je ne reproche rien et surtout pas leur ignorance d'un problème auquel ils contribuent parce qu'on n'est jamais responsable de sa propre ignorance, eh bien ces deux-là m'ont fermé toute possibilité d'explication et de dialogue. Ce qui à mes yeux confirme leur statut connards invétérés et désinvoltes à l'égard de l'environnement.

      Supprimer