Barre-menu

21.4.16

TFGA n°19 : nos amis les animaux


Bon, j'ai pas fait le TFGA précédent sur les 5 exploits de gamer parce que j'en ai pas trouvé 5 (enfin si mais c'était pas de grands exploits ou des réussites admirables donc c'pas la peine), mais le nouveau sujet qui m'a été communiqué par mon ptit frère Wolves (entre lui et Romain de Band of Geeks, j'ai plusieurs éclaireurs dans le système, je suis le grain de sable dans le rouage, je suis la mouche dans le potage, I'm the dagger in your back, 'cause I'm eeeevil ♥
(ceci n'était absolument pas une tentative réussie de glisser une chanson cool de Voltaire dans cet article. C'est pas du tout mon genre)), bref, quand j'ai connu ce nouveau sujet j'ai su que je pourrais y répondre sans difficulté.

Les animaux dans les jeux vidéo, sans déconner, j'adore les animaux depuis toujours !
Ouais mais des animaux marquants dans les jeux vidéo, après recherches, y'en a pas des masses. Y'en a beaucoup qui servent de proies (Skyrim, Assassin's Creed Black Flag que je fais en ce moment et adore), de ressources (Civilization IV (« casse-toi, c'est mes éléphants » « pas touche à mes chevaux, recule ta frontière » « fonde une ville près de mes castors et j'te défonce »)), éventuellement d'adjuvants ponctuels, mais y'en a assez peu qui restent en tête durablement.
Ou alors ce sont pas vraiment des animaux, genre les Khajiits et les Argoniens dans les Elder Scrolls ou Nanaki dans FF7, mais on sait tous que « Nanaki est Nanaki, c'est son nom ».

Bref, j'ai dû creuser un peu, et comme dit Scar (je n'en parlerai pas ici même si c'est un animal et qu'il est dans Kingdom Hearts 2 bikoze à la base c'est un film d'animation), quand on cherche, on trouve.
Allez, parlons z'animaux.


  1. Les dinosaures.

Comme la jolie et trop gentille Black Stormy, j'adore les dinosaures, depuis que je suis tout petit. C'est moins marqué maintenant parce que, étant écolo ou essayant au maximum de l'être, je m'intéresse davantage aux espèces existantes qui peuvent être sauvées. Mais les dinosaures, ça m'intéresse aussi.
Du coup, je suis fasciné par les jeux (comme Paraworld) où l'humain coexiste avec le dino. Sauf que, Skyrim l'a démontré, lâché dans un monde ouvert, j'oscille entre l'observateur pacifique (yayyyy, Pokémon as I see it) et le chasseur instinctif.


Je ressors ça, parce que c'est un peu la meilleure intro de jeu vidéo de tout l'univers et qu'elle fait partie de mes 5 ou 6 cinématiques préférées des jeux vidéo.

Désolé mais flinguer des dinos dans Monster Hunter n'est pas juste nécessaire, c'est aussi utile, badass et jouissif. Et encore, là j'en suis qu'aux herbivores (des genres de Parasaurolophus) et aux petits carnivores, vivement la suite ^^
Après, c'est sûr que si je pouvais monter un dinosaure pour partir à la chasse, ce serait encore plus cool. Mais j'pense qu'il faut pas rêver. Même Paraworld se contente de dépeindre une société primitive dans laquelle les dinosaures remplacent les véhicules et les machines de guerre, catapultes et balistes en tête. En plus, c'est un jeu de stratégie, donc hors de question de s'attarder sur un animal ou un autre pour s'y attacher.

En attendant les voir évoluer dans Monster Hunter, dans une belle nature luxuriante, ça fait vraiment plaisir ^_^ ....A MOOOOOORT !!!!!
  1. Les animaux dans The Legend of Zelda.

Je préviens d'emblée que mon expérience de la série est (pour l'instant) modeste : j'ai joué à moins de dix jeux (Minish Cap, Phantom Hourglass, ALTTP/4 swords, Twilight Princess (quelques minutes), Wind Waker (pareil), les Oracles (Âges et Saisons) et A link between worlds (que j'adore)) et terminé juste deux d'entre eux (les Oracles).
Cela dit, j'ai remarqué que Link était, dans chaque incarnation de la légende, un petit gars sympa qui se fait vite aimer d'à peu près tout le monde (sauf les monstres, les boss et les incarnations du Mal). Et qui se fait aider par plein d'animaux très serviables.


Dimitri le dinosaure (encore un ^^), Ricky le kangourou, Moosh l'ours ailé (pourquoi pas XD), la tortue et ses enfants dans le royaume de Lorule, les cocottes avec lesquelles on peut jouer ou voler (ou qu'on peut taper, mais en fonction des jeux, ça peut vite devenir du sport extrême ^^), les grenouilles dorées (qu'on peut canarder pour qu'elles nous montrent une petite pancarte...), l'incontournable Epona (nommée d'après une déesse celtique), j'ai bien l'impression que La Légende de Zelda, comme beaucoup d'autres univers vidéoludiques nés au Japon, traduit une relation presque symbiotique entre l'humain et la nature, et franchement, c'est beau ^_^
  1. Crin(ière) d'Ombre dans The Elder Scrolls IV Oblivion et V Skyrim.

Alors que, dans Oblivion, cet animal est relativement secondaire, parce que Cyrodiil est pas suffisamment grande et encaissée pour qu'on soit incapable de voyager à pied, le fameux cheval représente une forme d'accomplissement : on a gravi les échelons de la Confrérie Noire, cette famille un peu cheloue avec ce Khajiit qui nous déteste sans raison, pour mériter d'être l'agent libre du chef en personne, le fameux Lucien Lachance (au début je croyais qu'il était nommé d'après Lucky Luke mais apparemment non) et surtout de recevoir sa propre monture.
Après avoir exterminé la « famille » de Cheydinhal d'ailleurs, j'avais oublié ça. Grosse ambiance, être le meurtrier des gens à qui on s'attache...
Et on la garde d'ailleurs à l'issue des troubles qui secouent la Confrérie durant la Crise d'Oblivion.

Crinière d'ombre dans Oblivion. Oui c'est une jument badass mais il reste des efforts à faire sur la couleur de la robe x)

Dans Skyrim, le mécanisme est un peu le même : les vestiges de la Confrérie Noire, cette famille dysfonctionnelle mais adorable de la châtellerie d'Epervine, sont dirigés par Astrid, la MAMA, qui offre l'usage de sa monture personnelle (enfin sa seconde monture personnelle, la première étant Arnbjolf le PAPA, loup-garou et compagnon d'Astrid de son état) au moment où il devient nécessaire d'aller botter le cul de Cicéron (le cousin éloigné qui essaie de se faire adopter dans la famille proche alors que personne veut de lui).
Et surtout, dans Skyrim, il est très pratique d'avoir ce cheval invincible et immortel, puisqu'il est plus robuste que les autres et que du coup, pour gravir les montagnes les plus difficiles, une monture est très souvent indispensable.

Crin d'ombre dans Skyrim. Il a changé de sexe, il est plus beau et il défonce des ours à sabots nus.

Et puis ça sert aussi l'archétype de l'assassin silencieux qui monte un cheval noir comme la nuit pour foncer dans les ténèbres. Même si en vrai Crin(ière) d'Ombre est marron très très foncé.
Bref, il est à peu près évident que le meilleur ami du Dovahkiin est... le cheval (si on excepte la huskarl, Lydia ♥ ou Jordis ♥ ♥, qui sont les arguments choc quand la subtilité n'est plus de mise).
  1. Le Skag, dans Borderlands 1 et 2.

Ceux qui ont joué à ces jeux savent de quoi je parle. LE Skag, le seul et l'unique ! Bon, soyons honnêtes, y'a plein de skags dans ce jeu, ces trucs c'est de la saloperie, faut les exterminer, ils sont moches et chiants, d'autant que, dans un FPS, des ennemis qui montent au corps-à-corps de larder de morsures c'est vite énervant.
MAIS, ce Skag-là, le premier qu'on voit dans chacun des deux jeux, celui-là est une icône de la série – et c'est quand même bien dommage, même si c'est pas sur ça que repose son niveau médiocre, que le troisième jeu ne mette pas en valeur le Skag – et il est significatif de l'ambiance meurtrière et cinglée qui règne sur Pandore – là encore, la folie n'est plus un principe majeur de la Pré-séquelle.


Ce Skag, c'est un symbole, une manière pour les développeurs de GearBox d'annoncer au joueur « vous entrez dans un univers de TARÉS... prenez votre pied ! », et c'est dommage que le message soit absent dans le troisième jeu.
En plus, dans les Borderlands, on flingue des bestioles à la pelle, surtout dans Borderlands 2 qui a logiquement un bestiaire plus riche, alors ce serait quand même dommage de ne pas mettre quelques bébêtes en valeur. D'ailleurs, Tiny Tina en a un aussi, de Skag, mais c'est pas le même. Celui de Tina est pire, dans une mission on doit le promener...
  1. Les Pokémon.

Beh oui, il fallait bien en arriver là. J'ai dit encore récemment dans un article qui leur est dédié que les Pokémon sont les animaux d'un monde qui n'en a pas. J'ai dit également, et je le pense toujours, que les Pokémon sont nombreux, attachants pour la plupart, bourrés de personnalité et de particularités, ils font appel à notre sens de la stratégie et ils sont, généralement, excellents dans ce qu'ils font.

On est d'accord que c'est le pokémon le plus cool de l'univers, pas vrai ? (le dessin vient de là)

Le problème c'est que, basiquement, ce qu'ils font se résume à se battre entre eux pour que leurs maîtres puissent définir la hiérarchie qui les définit, leurs esclaves et eux, après avoir été capturés et arrachés à la vie sauvage.
Pokémon, sur le papier, c'est monstrueux. Pour le coup si vous aimez le genre et que la servitude vous branche pas, jouez à Azure Dreams ou Jade Cocoon, dont le propos est autrement plus intelligent.

http://hobsyllwin18.deviantart.com/art/Articuno-149922089

En tout cas il est vrai que la plupart d'entre nous a grandi avec les Pokémon – j'étais en 5ème quand ils ont débarqué en France, j'ai eu mon premier jeu un ou deux ans après, au moment d'avoir ma Game Boy Color, et c'était Pokémon Jaune, avec dans la foulée les versions Or, Argent et Cristal. Jusqu'à la sortie de Pokémon Noir et Blanc, j'avais joué à tous les épisodes de la série principale sur consoles portables, ainsi qu'à deux Donjon mystère (les meilleurs, les deux premiers, Equipe de Secours Bleue et Rouge) et à Pokémon Ranger.
Ces petites bestioles ont façonné notre imaginaire et ont pas mal développé le monde du jeu vidéo depuis – sans eux, peut-être pas de Yo-Kai Watch ^^

Bref, vous l'aurez compris, il est quasiment impossible pour une espèce animale évoluée comme na la nôtre de ne pas accorder d'importance aux autres animaux dans notre culture et c'est valable aussi pour les jeux vidéo. Pas facile de leur accorder une place majeure et centrale (encore que : vous avez déjà joué à Dog's Life ? Ce jeu est génial.), mais ils demeurent très importants pour chacun-e d'entre nous.
C'était une bonne idée de TFGA, les animaux sont significatifs de notre rapport au monde et à la nature, et je trouve très intéressant de jouer à des jeux qui les mettent en scène !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire