Barre-menu

19.7.16

En fait l'animation française a trop la classe.


Miraculous Ladybug.

Créateur : Thomas Astruc.
Origine : France, Japon, Corée du sud.
Date de diffusion : à partir de septembre 2015 en Corée du Sud, d'octobre 2015 en France et de décembre 2015 aux États-Unis.
Nombre de saisons : une de 26 épisodes et une seconde en préparation.
Genre : animation, super-héros, humour.

Marinette, collégienne parisienne sans histoire, reçoit un jour une boîte contenant des boucles d'oreilles. Les mettant, elle rencontre Tikki, un petit esprit qui fait d'elle Miraculous Ladybug : son destin est désormais de combattre les manigances du Papillon, un mystérieux créateur de super-vilains, à l'aide d'un autre super-héros, le Chat Noir, qui s'est épris de Ladybug.

La jeune fille doit donc protéger soigneusement son secret, ce qui est d'autant plus difficile que sa meilleure amie Alya tient un blog sur Ladybug, et qu'elle-même est amoureuse de son ami Adrien, le propriétaire de la bague du Chat Noir.


Alors. Autant le dire d'emblée, je connais que dalle à l'animation française. Mon inculture en la matière est telle que j'ai le sentiment général que l'animation française c'est surtout des longs-métrages crayonnés hyper classes avec une écriture très travaillée (tout le contraire de ces tarés d'Américains donc). Sauf qu'en vrai non, il semble que les contenus proposés à la télé soient pas mal Made in France aussi. J'ai plus la télé depuis dix ans, du coup...
Pour vous dire, à l'époque où j'étais au lycée, y'avait un truc sympa sur TF1 qui s'appelait Cubix, je croyais que c'était français jusqu'à ce que je vérifie y'a quelques jours. Par contre, je sais que Code Lyoko c'est français. J'le sais parce que ça et Totally Spies, ce sont les deux principaux références pour expliquer le contenu (et la qualité) de Miraculous Lagybug.

Toi aussi tu trouves que les aperçus de vidéos modifiés ou pas représentatifs c'est le cancer de Youtube ? Regarde cette vidéo, y'a pas les Oh shit dessus.

Bref, tout ça pour dire que là j'étais en terrain inconnu. Du coup c'est avec un certain scepticisme que j'ai commencé cet animé. L'héroïne s'appelle Marinette (apparemment Marine c'était trop connoté grosse conne d'extrême-droite et pas assez mignon) Dupain-Cheng (on l'apprend pas tout de suite d'ailleurs), parce que son père est boulanger et sa mère chinoise. La série est plein d'archétypes comme ça, le perso principale a les cheveux noir-bleuté (on voit surtout le bleu), du coup la rivale est forcément blonde. Elle s'appelle Chloé Bourgeois, un nom très français et très connoté pour celle qui est fille du maire dans un monde où le maire de Paris c'est l'équivalent d'un roi tout-puissant et omniprésent.
Les autres personnages c'est pareil, on dirait souvent des clichés, mais ils sont bien abordés, y'a de la diversité physique, on valorise l'individualité, les différences, les minorités, c'est sympa.

L'écriture est du même genre, le Paris représenté est totalement stéréotypé, il renforce sûrement à l'étranger (parce que la série a été achetée par 150 pays) l'idée que tous les domiciles de France et de Navarre (ou au moins de Paris) ont vue sur la Tour Eiffel. Le collège de Marinette a l'air sympa, y'a une moyenne de 12 élèves par classe et 1 classe par établissement, pas de tensions sociales dans le quartier ni rien, tranquille. 'fin bref, faut pas s'attendre à des propos sociaux très profonds, l'écriture est soumise à des impératifs d'efficacité et centrée sur le super-héroïsme et les intrigues adolescentes.

 Classe standard d'un collège parisien standard. Élèves standards. 
A part Marinette et Adrien ils sont tous devenus des super-vilains à un moment donné x)

Alors ça peut paraître ennuyeux comme ça, de voir des collégiens se plaindre de problèmes de collégiens (la blonde qui persécute tout le monde protégée par son père, l'enfant-star qu'elle aimerait garder pour elle mais qui est humble, serviable et sociable, les timides et les asociaux, les sentiments inavoués...), mais pas du tout. Les dialogues sont super bien écrits, l'humour et les blagues font baigner Miraculous Ladybug dans une atmosphère de bonne humeur communicative à l'image d'un My Little Pony, les super-costumes en plus.
D'ailleurs, parlons-en : l'histoire de Ladybug et Chat Noir n'est pas introduite avant la toute fin (épisodes 25 et 26, Les Origines) de la saison 1, avec leur toute première résolution de super-catastrophe, ce qui entretient le mystère sur cet enjeu. Le Papillon est un personnage énigmatique, le Gardien aussi, et au final on se surprend à juste se demander si un jour, punaise, Marinette et Adrien vont prendre conscience de leur identité secrète respective.

Non parce que bon, y'a des signes évidents qui vont dans ce sens, à un moment Marinette découvre fortuitement qu'Adrien et Chat Noir sont tous les deux allergiques aux plumes de pigeon, et elle fait pas le lien.
C'est un peu le classique usé et incompréhensible des histoires de supers : le personnage est parfaitement reconnaissable par tout le monde sauf les personnages impliqués. Marinette et Ladybug sont de la même taille, ont les mêmes yeux, la même coupe de cheveux, elles ne sont distinguées que par la présence d'un super-costume de coccinelle, et PERSONNE fait le lien. Elle et Adrien ne cessent de s'absenter avec toujours des excuses un peu faciles, et même Alya ne comprend pas pourquoi. Pour leur défense, elle et le ptit blond ont une personnalité totalement différente entre leurs deux formes.

Les personnages.de cet animé.sont aveugles O_O

D'un autre côté, les personnages secondaires sont plutôt bien écrits. Déjà, on sent qu'on est en France, mais dans une France contemporaine, avec de la diversité. Avec Alya (d'origine martiniquaise et partageant son nom avec l'écrivain Aimé Césaire), Ivan, Rose, Kim (d'origine vietnamienne), Nino (assez typé lui aussi), Mylène, Alix ou encore Juleka. Ensuite, l'un des reproches qu'on peut régulièrement faire aux dessins animés c'est qu'ils manquent de consistance à cause de leur format court (Pokémon étant par exemple le summum de la merde sans consistance qu'on vous file uniquement pour vous faire acheter des jeux vidéo tous aussi merdiques parce que jamais modifiés en profondeur depuis 20 ans, à l'exception de l'application smartphone qui espionne et vend vos données personnelles à toutes les boîtes de pub de la planète).
Et bah pas là. Dans Miraculous Ladybug, vous allez voir un personnage à un moment et, à cause de l'esprit « microcosme parisien » qui n'est pas sans rappeler une certaine Amélie habitant à Montmartre, les mêmes habitants de Paris reviennent d'un épisode à l'autre. Parfois même, un super-vilain déjà « vaincu » va être évoqué ou refaire surface. Les lieux visités sont souvent les mêmes, le collège, le Trocadéro (la place où se trouve la tour phal... je veux dire Eiffel) ou encore les studios de KidsTV (qui ne sont pas du tout une référence à TFou, la chaîne qui diffuse Miraculous, tout comme TVi n'est pas un clin d'œil à TF1-LCi ^^). Ce qui du coup facilite l'attachement à Nino, le pote sympa, à Alya, toujours énergique, à Rose, la gentillesse incarnée, ou aux parents de Marinette, qui sont adorables.



Sans oublier évidemment les deux personnages principaux, et notamment Chat Noir qui peut pas s'empêcher de faire des jeux de mots marrants sur tout (mention spéciale à "en entrée, plateau de fruits de mer ! - Ah c'est une bonne idée, ça c'est une entrée qui est palourde !" ^^), et leurs kwami, Tikki et Plagg. Autant la ptite boule rouge est trop mignonne, autant l'autre est conforme à son image de chat miniature. Une petite saloperie fainéante et sarcastique. Et en plus il se goinfre de camembert puant, c'est tellement génial x)
Attendez, même les super-vilains sont intéressants et servent l'écriture comme l'animation. Bon, y'a quelque chose d'assez répétitif à voir le Papillon sauter sur la moindre déconvenue ou la moindre émotion négative pour créer du super et à le voir maugréer que la prochaine fois, Ladybug et Chat Noir feront face à leur destin (qui est visiblement de rétamer la face des émissaires du Papillon), mais au moins il n'est pas insupportable comme la Team Rocket. Mais les supers sont créés en fonction des traits personnels des Parisiens infectés par les akumas (en japonais, démon), ce qui offre une certaine variété visuelle et narrative.

....bah quoi ? Ça se voit pas qu'il tire au bazooka ? \o/

Parmi mes préférés, il y a ce mime. La mise en scène est géniale, les armes et objets mimés et invisibles sont hilarants, c'est hyper bien fichu, j'adore. Et puis la Marionnettiste qui ressort les vieux ennemis de Ladybug pour les retourner contre elle, l'épisode se terminant même par l'héroïne sifflotant la mélodie de son propre générique, c'est hilarant x) De fait, y'a plein de petites références à la réalité, à de grandes marques de fringues (des fringues Chenal et des escarpins Touboulin, parce que Chloé, un stade qui s'appelle Stade des Princesses...), à des films ou des jeux vidéo genre Street Fighter ("Matou-ken ! Sho-Ryu-Bug !"), c'est sympa et ça entretient la proximité avec le public.
L'animation est d'ailleurs très réussie, les personnages sont fluides et dynamiques, on est sur de l'image de synthèse mais pas trop forcée, avec des courbes, de jolies couleurs, rien de trop artificiel et mécanique. Les personnages sont variés, expressifs, l'arrière-plan n'est pas figé comme il pourrait l'être dans du crayonné japonais, on entre visiblement dans un monde vivant, et ça fait plaisir.

 Je refuse de commenter cette image, allez regarder la série \o/
("deux Ladybug pour moi tout seul *__*")

En bref : contrairement aux apparences, cette série destinée à la jeunesse peut tout à fait plaire à un public adulte. Les références, l'humour et l'écriture échapperont en effet peut-être au public-cible, mais sont parfaits pour des spectateurs plus âgés. Miraculous Ladybug est une série d'animation bien écrite, très joliment animée, et qui rend honneur à l'animation française. N'hésitez pas à la regarder ;)
(elle est dispo ici à l'exception du double-épisode des Origines qui est là)

A la fin de chaque épisode y'a un plan fixe avec des éléments majeurs de celui-ci (l'épisode), et j'dois admettre que celui-ci est un de mes préférés ^^

2 commentaires:

  1. J'hésite encore à regarder, tout le monde sur twitter en parle, ça fait envie, mais j'ai peur d'être frustré de voir qu'ils arrivent à ne pas se reconnaitre alors que... quand même quoi!
    Je médite encore là-dessus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, faut avouer que cette convention des super-héros méconnaissables dans le civil c'est hyper chiant, mais sinon le reste est bien hein x)

      Supprimer