Barre-menu

24.7.16

TFGA n°22 : les 5 péchés capitaux


Comme chaque mois ou presque, parce que des fois le thème m'inspire pas, les alentours du 20 sont le temps du TFGA.
Le Top Five Game Addict, c'est ce rendez-vous initié par Alex du blog éponyme (enfin presque, AlexEffect), qui invite les participants à réfléchir et à partager leur culture ou leurs points de vue autour d'une question liée au jeu vidéo. C'est toujours plaisant de voir les gens réfléchir et expliquer leurs choix en cinq points intéressants et originaux, de les voir confronter un thème unique à leur culture personnelle pour constater les nuances d'un parcours vidéoludique à l'autre.

Ce mois-ci, le thème – un peu déformé par rapport à la réalité il est vrai – demeure sujet à interprétation : les cinq péchés capitaux (on est d'accord, à la base ils sont sept).
A moi donc de vous expliquer lesquels de mes jeux vidéo suscitent chez moi certains de ces péchés, par ordre inverse d'importance et en cinq points.
On y va ? On y va.


  1. L'orgueil : The Elder Scrolls V – Skyrim.

Il faut savoir, d'emblée, que l'orgueil est à peu près le seul péché capital que j'ai développé, et pour compenser, il existe chez moi A FOND. C'est mon principal défaut. Je tolère difficilement la critique (à moins qu'elle soit sacrément fondée ou juste), je tolère encore moins la médiocrité ambiante et je parle même pas de l'opinion que j'ai de moi-même alors que je me suis fait tout seul. Tout ce qui fait ma culture, mon savoir et ma personnalité, je ne le dois qu'à moi-même. Orgueilleux, j'vous dis.

Vous voyez, c'est de ça que je parle. Quel niveau d'orgueil il faut atteindre pour faire des trucs aussi cinglés et imprudents ?!?

Pour moi l'orgueil capital, c'est deux choses. La fierté d'être soi, et l'intransigeance face à l'opposition à soi.
Ce qui résume parfaitement le Dovahkiin à mon sens, ou en tout cas ce qu'il m'inspire quand je le joue. Il est à peu près invincible, il balaie tous les obstacles, une flèche bien placé, un coup de dague et une tête vole, un puissant choc d'écu dans la face, une hache enfoncée dans un crâne et un thu'um qui va bien. L'Enfant de Dragon piétine ses adversaires. Jouer un personnage invincible, ça donne une très haute idée de soi quand on s'investit en lui.
Un dragon ? J'lui botte le fion. Des bandits ? Ils passeront pas la nuit. Des géants ? J'vais leur péter les dents. Miraak ? Viens là et ramasse ta claque.

  1. L'avarice : Civilization V.

L'avarice capitale, c'est pas la pingrerie. C'est l'avidité, greed en anglais, le fait de vouloir toujours plus.

Contrairement à Civilization IV, qui était très agréable à jouer mais également très facile, Civ5 a décidé d'être enfin réaliste. Pour la première fois dans la série – c'est bien ce qui m'a dérangé à la base, tellement ça sortait de ma zone de confort – la temporalité est logique, développer une civilisation prend des plombes.
Et je parle même pas du poids économique et culturel des villes, c'est un carnage.

Voilà, ça c'est la classe, TOUT UN CONTINENT POUR S'ÉTENDRE, MOUAHAHAHAHAHAHA

Mais moi je suis un joueur de Civ depuis l'épisode 2, je suis accoutumé à d'autres règles. J'en veux toujours plus, je veux occuper tout mon continent avant de traverser les océans pour aller chercher les autres, je veux plein d'or, plein de science, de culture, des villes partout et des montagnes d'unités. Je veux la puissance suprême parce que c'est comme ça, Civilization.
Même dans un jeu qui n'est justement pas taillé pour ça. J'EN VEUX PLUS, J'EN AI PAS ASSEZ !

  1. L'envie : League of Legends.

Je l'ai dit la première fois que j'ai parlé de ce jeu, ce qui m'intéresse notamment dans LoL comme dans n'importe quel autre jeu vidéo, c'est son univers. On résume le titre à d'incompréhensibles bastons entre les champions avec des ptits gars qui gravitent autour alors qu'en vrai, tout repose sur le background.
C'est le vécu des personnages qui explique leurs compétences, leurs relations, leurs oppositions (parfois en termes de gameplay), et même la baston est moins importante en jeu que la stratégie suscitée par l'équipement, les mouvements sur la map, la préparation avant match...

Oui bonjour nous c'est Demacia et on est trop cools, voilà, merci d'être passés dans la cité de la classe internationale.

Bref, tout ça pour dire que l'univers de LoL est fantastique. Et moi je trépigne d'envie et de jalousie à chaque fois que je joue à ce jeu. 
Sur Valoran, il y a Piltover, une cité pleine de technologie où vit notamment la jolie shérif Caitlyn. On trouve aussi Bilgwater, un port franc hyper cool avec des pirates, des aventuriers et des mercenaires parmi lesquels Gangplank et Miss Fortune. Demacia est le royaume de la lumière et de la noblesse, où l'on peut croiser Garen et sa sœur Lux, ou encore la magnifique Sona, et Freljord un royaume froid aux allures de Bordeciel dirigé par la farouche Ashe et où l'on trouve aussi le charismatique Braum.
Dans la superbe cité d'Ionia se trouvent la jolie et puissante Irelia, les braves Maître Yi, Yasuo et Wukong, ou encore le sombre Varus, un de mes champions préférés.

Honnêtement, si je vivais sur Valoran, je pense que j'habiterais à Bandle City et que je passerais mes journées à profiter de la vie avec du travail simple, de la détente, de la paix, à traîner avec des Yordles et à les câliner souvent. J'AIME TROP TRISTANA PUTAIN O_O

Et surtout, SURTOUT, à Valoran, il y a Bandle City, la cité des Yordles. J'ADORE Tristana. Elle est trop mignonne, elle est cool, elle a de la répartie, du panache, elle est courageuse et délurée. Les Yordles sont trop mignons, mais bien plus que ça, ils sont forts, robustes, aimants et opiniâtres. Leur nature les pousse à cultiver les liens sociaux pour entretenir l'amitié et la convivialité. Ils se battent férocement pour défendre leur pays et ils ont l'esprit aventurier.
Les Yordles sont clairement le peuple que j'aime le plus dans League of Legends et si on me proposait d'aller sur Valoran, j'hésiterais pas un instant. J'envie A MORT tous ces champions qui vivent dans cet univers trop cool.

  1. La colère : Pokémon.

Pokémon et moi, pendant longtemps, ça a été une belle histoire d'affection. J'ai adoré les trois premières générations, leurs jeux, leurs bestioles, leur univers (Hoenn est genre TROP MAGNIFIQUE), bref, c'était cool.
Et puis la G4 est arrivée avec son attirail de merdes immondes, depuis les légendaires jusqu'à Motisma en passant par des évolutions dont on se passait bien (Maganon, Elekable, Rhinastoc, Magnézone, c'est de vous que je parle). La 5ème génération a rattrapé le coup, entre son bestiaire intéressant et sa région, Unys, plutôt sympa (mis à part le fait que les dernières villes ne servent à rien puisque la Ligue est déjà vaincue et que c'est le principal enjeu des titres).

Et puis à l'occasion de la G6, truffée de clichés sur la France, avec une difficulté au ras des pâquerettes, des pokémon détestables tant physiquement que stratégiquement, une narration complètement chiée et un jeu ennuyeux au possible, j'ai eu un déclic.
Ça fait 20 ans que Pokémon n'a pas changé. Ça commencé avec des affrontements de bestioles face à face, et aujourd'hui on a toujours des affrontements de bestioles face à face, le nombre seul a changé. Une, puis trois, puis cinq à l'occasion. La structure linéaire et dirigiste, le gameplay sans aucune révolution, l'univers toujours aussi frustrant parce que riche et pauvre à la fois, Pokémon est une merde capitaliste reproduite fidèlement tous les ans pour des vaches à lait.

"Oh ouais, c'est trop cool, maintenant les routes sont en vraie 3D !"
Putain mais qu'est-ce qu'on s'en fout, le gameplay a pas changé depuis Pokémon Bleu-Vert-Rouge -_-

Ce que je reproche depuis cinq-six ans à Assassin's Creed se passe aussi chez Nintendo depuis vingt ans. Et moi ça m'emplit de colère, d'une fureur inextinguible, parce que l'univers est incroyable, et qu'on en fait de la merde. Parce que tous les cons de la Terre se ruent sur Pokémon GO alors que c'est juste un espion pour sociétés publicitaires, un cheval de Troie dans les smartphones, un avant-goût des travers totalitaires de la réalité augmentée.
On pourrait avoir un Elder Scrolls en monde totalement ouvert à la sauce Pokémon, au lieu de ça on a un gosse, huit badges, une Ligue, et un parcours parfaitement droit et fermé.
Game Freak prend le monde pour des cons et ça marche. Y'a rien qui m'énerve plus que ça. Ce jeu me remplit de rage et je veux plus en entendre parler. Mon frère est totalement impliqué là-dedans. Le voir en parler régulièrement sur Twitter me hérisse le poil de colère à chaque fois.

  1. La paresse : tous les jeux que j'ai pas finis.

L'un de mes gros problèmes de gamer c'est l'accumulation de jeux, et c'est encore pire (ou mieux) depuis que j'ai Steam et un bon pc. Déjà quand j'avais une télé et que je l'utilisais, à Dunkerque et à mes débuts à Lille, je possédais (et possède encore) des jeux PS2 et Wii super intéressants, très axés jeu en solo, qui demandent du temps et de l'investissement. Final Fantasy X-2 et XII, Red Steel 2, Pikmin, Metroid 3, Monster Hunter 3, No More Heroes, c'est de vous que je parle.

Je vous jure qu'un de ces jours je vais le reprendre à zéro (c'est pas dur, j'avais presque rien fait) et le jouer complètement. Et je vais kiffer comme c'est pas possible.

Actuellement, j'ai toujours la même tendance à jouer beaucoup mais à acheter encore plus, je me dis à chaque fois que je vais me restreindre, et à chaque vague de soldes Steam je craque devant les prix de malade, je me dis que je vais mettre tel ou tel jeu de côté pour plus tard.
Et à côté de ça, j'ai d'excellents jeux que j'ai déjà finis (Borderlands 2, Skyrim) ou dont la rejouabilité est telle qu'ils sont plus ou moins infinis (les Sid Meier, à commencer par Civ4 et ses extensions, les Sims 2 et tout leur contenu offert gratuitement par Origin pour la sortie du 4, ou encore le magnifique mais très long parce que très riche City Life offert par Marion-Luciole) que je reprends sans cesse parce qu'ils sont extrêmement plaisants à jouer.

Bref, j'ai la flemme de m'attaquer à du neuf, à tenter quelque chose de nouveau. Je reste dans ma zone de confort par paresse intellectuelle, par manque d'envie de découvrir de l'inédit. J'arrive de mieux en mieux à lutter contre ça (bon, par contre j'ai interrompu Portal et toujours pas fini Bioshock), mais ça a plombé ma démarche de découverte pendant des années, et ça continue parfois encore.
Vilaine paresse.

Et en effet, les péchés capitaux sont insidieux et discrets comme des ninchats envahissant l'Internet. On croit que parce que c'est écrit capitaux ce sont des gros trucs aussi discrets qu'un éléphant dans un magasin de porcelaine, qu'on saura les éviter sans problème, et bah non.
Les péchés capitaux sont aussi dans les jeux et chez les joueurs qui les développent en jouant, parce qu'on est de gros vilains. Eh ! Le jeu vidéo est supposé faire appel aux émotions et aux sentiments, être quelque chose qui touche ou qui frappe. Ça fait aussi partie de l'investissement émotionnel et personnel, de succomber à de petits ou gros vices par empathie avec l'univers virtuel hein !

Voir aussi :

 - la participation à ce TFGA 22 de Gabs l'ocarinaste ♥
 - le Hibou Diurne qui annonce ses 5 péchés capitaux
 - Monsieur Geek du Band éponyme évoque à son tour les siens

4 commentaires:

  1. Il faudra qu'on m'explique ce que mon pseudo vient faire dans cette introduction...

    Eh oui, le fait que tu m'aies bloquée sur Twitter n'a pas suffi à m'empêcher de venir par ici, car malgré tout, j'aimais bien tes écrits. Tu as ta façon de traiter les sujets, un esprit très (trop) fermé, mais au moins tu as le mérite de rester égal à toi même, donc pourquoi pas.
    Malgré un différend lors d'un précédent TFGA (qui sont tous à interprétation libre comme tu le dis si bien en introduction), je n'ai jamais compris cette haine que tu avais montrée envers moi, et j'étais passée à autre chose, venant visiter ton blog de temps en temps quand j'en voyais un passage sur ma TL par exemple.

    Mais c'est peut-être à cause de cet orgueil dont tu fais si bien l'apologie dans ton premier paragraphe. C'est sûr que pour le peu que je te connais, c'est flagrant, tu aurais même pu le mettre en premier! Mais j'ai aussi le mien, et comme toi, je tolère très peu la critique, surtout quand je la juge infondée comme dans ce cas précis.
    Dommage que dans la liste n'apparaisse pas la lâcheté, dont tu as fait preuve en ne voulant pas me donner une explication quand je te l'ai demandée.

    Je finirai en te citant, "les péchés capitaux sont insidieux et discrets". Dans ton cas, je suis d'accord avec l'insidieux, mais pas du tout avec le discret, tellement tu transpires cet orgueil, mais aussi une colère que tu ne sembles pas savoir contre qui diriger. Malheureusement pour toi, je ne souhaite pas être ce bouc émissaire, et même si je me doute que ce commentaire ne restera pas très longtemps, j'aimerai te demander d'enlever cette parenthèse qui a causé mon intervention ici.

    Pour le reste, je trouve ce TFGA plutôt réussi, c'est dommage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les thèmes sont sujets à interprétation, pas à déformation. "Ces méchants qu'on aime détester" n'est pas "ces méchants pas si méchants."
      "Les cinq péchés capitaux" n'est pas "les personnages qui incarnent des péchés capitaux". Si tu sais pas lire les thèmes d'Alex, je vois pas bien en quoi il est intéressant de te lire en train de faire du hors-sujet, c'est tout ce que je dis. Alex a mis au point ce concept mensuel pour qu'on fasse l'effort de réfléchir à la même idée, pas pour qu'on en invente une autre par flemme de se creuser les méninges ou par incapacité à le faire.

      Pour ce qui est de mon TFGA, j'ai mis en tête de classement (donc en bas) ce qui est le plus fort quand je joue aux jeux que j'ai choisis (ou, en l'occurrence, quand je ne le fais pas). Et à mon sens (puisque je suis encore le mieux placé pour juger mon parcours vidéoludique) la paresse intellectuelle qui consiste à rejouer sans cesse aux mêmes jeux est infiniment plus forte que la fierté d'être un mec invincible en Bordeciel.

      Evite de juger d'une personne sur la base d'un simple différent alors que tu ne la connais pas, par contre. Tout ce que tu crois savoir de moi, c'est du superficiel, de l'inintéressant. Tu ne sais rien d'important ou de significatif sur moi. Et ce que tu crois savoir sur moi, tu le tiens de ton entourage internaute, qui lui-même ne sait rien d'important ou de significatif sur moi. Vous me connaissez pas. Comment pourriez-vous me juger ?

      En revanche, j'aime bien les commentaires qui appellent à réflexion et à réponse, et j'essaie d'y répondre autant que possible. Si tu aimes passer par là pour lire, je t'en remercie, n'aie pas peur de commenter si tu le souhaites, je mange personne. L'être humain n'est probablement pas aussi bon que le crumble.

      Supprimer
    2. Avant tout, je te remercie pour la modification de l'article.

      Pour le jugement, je ne fais qu'appliquer ce que j'ai lu quelque part, comme quoi tu étais pareil IRL et virtuel, donc en effet, je n'ai jugé qu'avec le peu que j'ai vu de toi. Si c'est superficiel et que le reste est différent, tant mieux.

      Concernant le 1er TFGA, je n'y reviendrai pas beaucoup, car tu m'avais fait assez culpabiliser. Je commençais tout juste dans le monde du blogging, avec ma petite culture vidéoludique presque exclusivement Nintendo, donc j'ai fait au mieux, et oui, j'ai un peu déformé le thème pour en sortir quelque chose de sympa. Mais tu étais le seul qui me l'a (autant) reproché.

      Par contre pour cette fois, je ne suis pas d'accord. Le thème concerne "les 5 péchés capitaux", c'est vaste, donc il pouvait s'interpréter de plusieurs façons :
      - des actions/contextes qui font ressortir ces péchés en nous (ta paresse)
      - des personnages qui incarnent parfaitement ce péché capital (Tom Nook que j'ai choisi pour l’avarice, même si j'ai pris la définition facile)
      - des titres complets qui rappellent ces péchés, que ce soit par des sentiments personnels (ta colère envers Pokémon) ou par ce qu'ils inspirent (Catherine et la luxure par exemple, même si je dis ça sans y avoir joué)
      Donc même si j'ai un peu modifié le titre car je n'aime pas faire comme tout le monde, je ne pense pas être en dehors de thème cette fois, vu comme il était large!

      Pour finir, j'apprécie l'invitation, mais dans ce cas, je ne comprends pas le blocage Twitter (même si je te suivais pas à la base ^^). Je repasserai donc probablement, sachant surtout que je ne suis pas une invitée indésirable.

      Supprimer
    3. @DarkRiketz est devenu mon compte public, uniquement dédié à mes publications d'article et à mon roman, j'ai pas très envie de gonfler tous les followers que j'y ai avec mes prises de position politiques et mes occasionnels coups de colère contre tel phénomène sociétal qui m'énerve (en ce moment ça commence par Pokémon et ça finit par Go) ou telle personnalité qui a encore fait de la merde politique, sexiste, raciste ou autre.
      Tous les blocages que j'y ai effectués ou subis sont liés à Alex et à tout son entourage internaute, qui prenait (son entourage) semble-t-il un malin plaisir à me lire pour baver sur moi ensuite.

      Comme tu l'as vu, j'ai désormais un autre compte, privé, sur lequel je m'exprime plus personnellement et beaucoup plus fréquemment, et sur celui-là, je n'ai bloqué ni été bloqué par personne. En tout cas pas à ma connaissance, mais les gens qui me bloquent, je m'en fiche. J'accepte sans problème les invitations du moment que je suis à peu près sûr de ne pas être stalké par des gens qui pourraient user de leur vie de façon plus constructive (raison pour laquelle j'y ai mis un cadenas, ça les dissuade de venir pour rien).

      Sache aussi que je n'ai pas d'indésirables sur mon blog. C'est blogspot, c'est public, si je veux censurer, je le fais, mais à moins de tomber sur des violences ou des insultes, j'ai aucune raison de le faire, à fortiori si les commentaires appellent à répondre.

      Supprimer