Barre-menu

30.4.17

TFGA 25 : la renaissance.


Beuahahahaha, un nouveau TFGA ^^ Attendez, il faut que je saute sur l'occasion, c'est peut-être le seul qui se représente, si ça s'trouve ça veut absolument pas dire que le concept redémarre :-/ En plus je suis toujours le participant indépendant, l'électron libre et le grain de sable que Monsieur Geek a paumé entre deux rouages de la machinerie Alex-Effectienne, héhé.

Breffons, Alex-Effect a donc pris acte du succès et de la pertinence de son machin et a décidé de le refaire, au moins une fois (m'est avis que l'interrompre a été la connerie de base mais bon, c'que j'en dis...), et du coup il a opté pour un thème assez logique, La Renaissance.
Avec, une fois n'est pas coutume, un principe assez précis et défini : quels sont les jeux que les gamers aimeraient voir faire l'objet d'un remake, ou quels sont les jeux dont ils ont apprécié les remakes ? Facile, y'en a tellement que j'ai appréciés. Allez c'est parti.




5. Bloody Roar (1997).

Bloody Roar est une de ces innombrables séries, tous genres confondus, qui se sont engouffrées  dans l'univers de la première démocratisation du jeu vidéo, celle de la PlayStation, avec Croc, Spyro, Rayman, Crash Bandicoot, une pléthore de jeux de rallye, d'action/aventure et donc de baston.
Alors, les jeux de combat ça n'a jamais été un de mes trucs, parce que ça implique forcément de fréquenter d'autres êtres humains, chose que j'apprécie moyennement, mais certains peuvent être très intéressants - comme l'excellent Soul Calibur III sur Playstation 2 avec sa narration, ses combattants nombreux et variés, ses multiples modes de jeux et sa création de persos.
M'enfin Soul Blade/Calibur, c'est la crème de la crème de la baston, c'est le Zelda des marrons dans la gueule.


Bloody Roar, c'est une petite série plus discrète qui part d'un principe simple, un univers dans lequel des mutants peuvent prendre la forme d'animaux anthropomorphes - les jeux suivants expliquent un peu le pourquoi et les conséquences sociétales de la chose.
Et franchement, un remake, ça permettrait de ressortir le concept en le rendant nerveux et immersif, ce serait trop cool. D'autant que Yugo le loup, Gado le lion, Bakuryu la taupe ou encore Long le tigre sont absolument géniaux à jouer, parmi d'autres ^^


4. Streets of Rage (1991).

C'est ici une idée qui m'a été inspirée par Monsieur Geek, qui l'a eue avant moi, mais avec laquelle je suis parfaitement en accord. Streets of Rage, titre culte de la Megadrive et incontournable side-scroller pour les joueurs de l'époque, a accouché de deux suites incertaines, avec notamment un robot, un gosse en rollers et un kangourou. Mouais.


Par contre, l'idée de base d'une ville minée par la criminalité face à de super-flics qui castagnent (et reprise dans un certain Gekido : Urban Fighters sur Playstation, lui aussi très sympa) pourrait donner, dans le cadre d'un remake, un excellent beat them all ou un jeu d'action/combat nerveux et intuitif avec un poil de narration et de la bonne coop.

3. Flashback (1992).

Flashback est un obscur jeu de Super Nintendo pourtant très intéressant et profond dans sa narration. C'est l'histoire d'un personnage qu'on identifie mal au début et que je n'ai mieux connu que parce qu'il est évoqué dans un excellent livre français, No pasaran le jeu, qui se réveille sur une autre planète et doit regagner la Terre, dans un lointain futur.
C'est assez intuitif, quoique déroutant de prime abord, la musique, les graphismes et la mise en scène sont très classes pour l'époque, et s'il a eu une suite, Fade to Black, sur Playstation qui a elle-même, apparemment, été portée sur la console virtuelle de la PS3, Flashback lui-même, le grand-père des jeux d'action-aventure narratifs et futuristes à la Deus Ex, mériterait d'être reproduit en beau, en neuf et en actuel pour être présenté aux jeunes :)

C'qui est marrant c'est que la plupart des images de ce jeu que vous verrez sur le net viennent de la jungle, le premier niveau, parce que peu de joueurs sont allés plus loin. Moi j'ai à peine atteint New York la dernière fois que j'y ai joué, mon frère était allé trop loin, c'est lui qui y jouait à l'époque.

2. Tombi! (1997).

Tombi!, un de mes jeux préférés toutes époques et tous supports confondus, est un jeu de plate-formes et aventure mettant en scène Tombi, un enfant sauvage aux cheveux roses qui poursuit les Vilains Cochons Koma pour leur reprendre le bracelet d'or de son grand-père qu'ils ont volé. Mais c'est aussi et surtout un jeu délirant, bien écrit, drôle, très joli et facile à jouer qui a eu le malheur de ne pas connaître le succès à sa sortie, si bien que sa suite Tombi 2 a été le second et dernier jeu du studio Whoopee Camp.

C'qui est marrant c'est que la plupart des images de ce jeu que vous verrez sur le net viennent du Village Où Tout Débute, le premier niveau, parce que peu de joueurs sont allés au-delà de la démo fournie à l'époque avec toute Playstation vendue neuve (sur Demo One avec Tomb Raider, Spyro et quelques autres). Moi par contre, je l'ai fini, le jeu.
Et non, je ne me répète pas. J'utilise un effet de style.

Pourtant, Tombi! a un vrai capital sympathie, pourrait donner un jeu original, déjanté et nerveux que le public actuel apprécierait sans doute, et son univers autorise largement une narration consistante.

1. The Elder Scrolls III : Morrowind (2002).

Placer un Elder Scrolls dans un TFGA, ceux qui me lisent régulièrement savent que c'est pour moi quasiment une règle en soi XD
Blague à part, pour le coup c'est absolument pertinent à mon sens (et puis c'est le troisième que je cite dans un TFGA après Skyrim et Oblivion ^^). Morrowind est LE jeu de la révélation pour cette série, l'épisode mythique du passage au monde ouvert vaste et magnifique - pour l'époque - avec des musiques sublimes et une liberté totale pour le joueur.


Le problème, je l'ai constaté en essayant d'y jouer après avoir fait Oblivion et avant d'avoir Skyrim, c'est qu'il est devenu moche et lourd, limite injouable, en comparaison de ses trois petits frères - au moment où j'écris ces mots, je viens de passer mes trois premières heures sur TESO avec ma ptite sœur Elika et je peux donc en parler en disant qu'il est beau et intuitif.
Alors ok, dans Skyrim, le DLC Dragonborn se déroule sur l'île de Solstheim, au large de Morrowind et sous l'autorité de la Maison Redoran, ce qui permet de reprendre à la fois le style architectural et environnemental de la province de Morrowind (notamment sa faune et sa flore) ainsi que certaines musiques du jeu vidéo, Morrowind, mais ce n'est pas comme explorer et arpenter toute l'île de Vvardenfell.

De même, un projet conçu par des fans, The Elder Scrolls Renewal Skywind (ainsi que Skyblivion) vise à reproduire les troisième et quatrième volets de la série avec le moteur graphique et le gameplay du cinquième, mais cela met encore plus en avant l'envie et le besoin de renaissance pour The Elder Scrolls III, ce qui serait un coup marketing et vidéoludique incroyable de Bethesda.
Et franchement, en tant que fan de l'univers de Tamriel, perso je sauterais direct sur un tel jeu ♥


Voilà, en fait j'ai axé ma réflexion sur mon envie de remakes plutôt que ceux qui m'ont plu, mais c'est essentiellement parce que j'ai joué très peu de refontes graphiques ou vidéoludiques. Il y a bien les remakes de Pokémon Or et Argent qui sont terriblement prenantes - et que j'ai encore sur ma 3DS, pour HeartGold - mais globalement soit j'ignore qu'un remake en est un au moment où je le joue, soit je joue à des titres originaux.
Et c'est pas l'incroyable imbroglio de bordel dans la série Kingdom Hearts ou les remakes de la PS3 vers la PS4 qui va m'encourager à m'intéresser au concept. Ressortir un jeu pour le fric sans lui apporter d'améliorations révolutionnaires, je trouve pas ça hyper intéressant, surtout en comparaison de vieux titres qui méritent d'être plus connus par les jeunes générations.
Tiens, comme la trilogie Mother.

Bon allez j'arrête x) Bonne soirée ou journée ! ♥

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire