Barre-menu

17.7.17

La boîte à musique des reprises vidéoludiques.

(Et ça rime. Paf. De rien. Bisous.)
Quand on me connaît un peu, on le sait, j'adore la musique. Je peux passer des heures à faire plein de trucs chez moi, dans mon appart' ou sur mon PC, tout en laissant tourner de la musique. Loin d'être un simple bruit de fond, elle capte facilement mon attention, je peux sans problème m'interrompre deux minutes pour écouter une partie que j'adore, fredonner sur un air que j'aime particulièrement.

De fait, il y a énormément de musique stockée sur mon PC, je suis du genre à lancer VLC et à plus m'en occuper, j'aime pas revenir sans cesse sur le clavier pour lancer des vidéos YT. Du coup, je fonctionne à la playlist, et il y en a notamment 3 qui sont entièrement dédiées aux bandes originales : une pour le cinéma en prises de vues réelles, une pour l'animation, et une pour les jeux vidéo.
Dans cette dernière, on trouve, outre les originales, pas mal de reprises, de réorchestration et de fanart (parce que non, le fanart ne se limite pas au dessin, l'art des fans couvre, par définition, tous les arts).
Certains noms comme Miracle of Sound ou Smooth McGroove ont d'ailleurs tendance à revenir.

Et c'est de ça que je voulais parler aujourd'hui. J'ai eu l'envie spontanée de partager (encore, je le fais de temps en temps) un peu de musique dans un article random en parlant de quelques unes de mes reprises de jeux vidéo préférées.  

Par contre, je me suis fixé quelques règles.
Je vais parler de reprises amateur, pas de professionnels - il ne sera donc pas question de Yoko Shimomura qui a recomposé son propre travail avec beaucoup de talent entre les Kingdom Hearts et leurs remakes HD, ni de Super Smash Bros Brawl pour lequel tous les compositeurs des musiques originales ont été rappelés pour recomposer d'autres musiques que celles qu'ils avaient composées.
Non, ici il sera question de fans qui reprennent une musique et en font une vidéo sur Youtube. Et il sera donc question de reprises, pas de composition originale (désolé Miracle of Sound, t'as déjà eu ton article en plus).
Enfin, je parlerai que de musique instrumentale, pas de vocale (de chanson). La raison, c'est que les timbres de voix peuvent plaire ou déplaire à n'importe qui en fonction des personnes, et que j'ai pas l'autorité nécessaire pour juger de la qualité d'interprétation d'une voix.

Allez, parlons musique !


Animal Crossing - Steep Hill remix.
Le lien vers l'original : https://www.youtube.com/watch?v=hus7yE8_s5w

Steep Hill, dans le jeu du village fermé sur la bulle la plus paisible de l'univers, porte en français le nom de N jours plus tard (chez moi c'était 2 jours plus tard). Comme c'est interprété le samedi soir par Kéké Laglisse, c'est accompagné de paroles en yaourt et c'est assez rapide, rythmé, et pas spécialement sombre ou dramatique. C'est de la musique d'ambiance destinée à être jouée dans la maison du personnage principal et c'est tout.


Dans cette reprise, qui est chronologiquement une des premières reprises de musique de jeu vidéo que j'ai entendue dans ma vie, c'est plus du tout la même atmosphère. Le rythme a été ralenti, l'orchestration a été pensée pour être éthérée et feutrée, basée sur les instruments à vent et le piano, donnant finalement un résultat très mélancolique. Je salue le génie de la personne qui a fait ça, parce que c'est absolument magnifique.


The Legend of Zelda Main theme on marimbas.
 Le lien vers l'original : https://www.youtube.com/watch?v=lpEzYEoV9qY

Le thème principal de la série La Légende de Zelda (et pas juste "Zelda"), on le connaît tous, même si on n'a joué à aucun épisode de cette énorme saga. Il est tellement connu et culte, il a tellement fait sensation à sa création, tout comme les premiers jeux, qu'il fait partie du patrimoine culturel vidéoludique mondial.
C'est un thème assez simple en apparence, pensé pour être joué longtemps ou souvent, puisqu'il accompagne les aventures du héros, par convention nommé Link, dans ses nombreuses incarnations à travers le temps et l'espace. Ces incarnations se plaçant très souvent (mais pas que, coucou Wind Waker ou Phantom Hourglass) dans des univers qu'on connaît bien, en Occident : du médiéval fantastique avec des royaumes, des châteaux, des villes, des fermes.


Seulement voilà, l'univers de Zelda, Link, Ganondorf et tous les autres est un univers hautement exotique, avec de la magie, des légendes plus vraies que nature, des divinités, des créatures non-humaines, des monstres, de nombreux peuples, et tout et tout.
Quiconque a écouté - je vous la recommande encore une fois - la série Partoche de Tyllou consacrée à l'analyse des musiques du Seigneur des Anneaux aura peut-être retenu que les marimbas sont des instruments exotiques. Des percussions africaines exportées en Amérique Latine, qui caractérisent essentiellement cette région du monde actuellement.
Rien d'étonnant du coup à ce que certains aient eu l'idée d'une reprise du thème principal de The Legend of Zelda au marimba : c'est un instrument exotique et boisé, cette série prend place dans un univers exotique et boisé. Le résultat est juste waw.


Smooth McGroove : Sonic the hedgehog 3 Ice Cap Zone acapella remix.
Le lien vers l'original : https://www.youtube.com/watch?v=hYxlqTpZ-24

Là on passe à un autre niveau, en termes d'interprétation et de talent. Tout de suite, quand on invoque le Smooth McGroove, y'a du level. Bon, je suis pas d'accord avec tout ce qu'il fait, par exemple dans sa reprise du thème principal du Professeur Layton je trouve que les parties aiguës vont justement chercher trop haut dans la gamme, mais globalement, ce type fait de l'excellent travail de reprise uniquement à la voix, avec un nombre variable de voix (généralement 8 mais ça peut monter jusqu'à 12 ou 14) en fonction des morceaux repris, et il est connu pour ça.


Ice Cap Zone, en outre, possède l'une des musiques les plus puissantes des 4 premiers jeux Sonic (ceux sur Megadrive). Je l'ai découverte qu'il y a quelques années parce que j'ai joué les 1, 2 et Knuckles sur Megadrive à l'époque, mais jamais au 3 jusqu'à l'avoir sur émulateur.
Alors la série est un plate-former dynamique, rapide et nerveux, à l'opposée de Mario ou Crash Bandicoot qui sont plus techniques, et elle a toujours eu des musiques rapides, presque aucune n'est lente (ce qui rend la musique des niveaux bonus de Sonic 1 d'autant plus douce et mélodieuse).
Y'a par exemple la musique Flying Battery qui est bien balèze, mais elle est jouée dans une forteresse volante. Ice Cap, qui se joue dans les montagnes enneigées, aurait pu être un thème doux et contemplatif.
Mais non, on est dans Sonic, Sonic ça fonce, donc c'est puissant et ça pète. J'adore. La reprise est d'autant plus méritoire que la voix de Smooth McGroove reproduit bien les allées et venues des notes sur la partition, les variations d'instruments et les beats en fond sonore. Ce type assure grave.


Le Set Barré : Final Fantasy VIII - Succession of Witches.
Le lien vers l'original : https://www.youtube.com/watch?v=jAw0bObNKr4

Dans le genre mec qui assure grave, Vled Tapas se pose là. Alors bien sûr dans cette reprise il y a Nat', la vidéaste spécialiste des arts, qui joue de la flûte traversière, et Lord Bif, un musicos, qui assure à la batterie (je vous avoue ne pas connaître le 4ème), mais tout le reste c'est Vled Tapas. La guitare et la basse, le piano, les expressions faciales qui oscillent entre le toon, le savant fou et le psychopathe, et TOUTES LES VOIX.
Ce type a une tessiture - une couverture musicale entre la note la plus haute et la plus basse - absolument terrible. Écoutez ses sons gutturaux dans la reprise du thème de Tristam de Diablo, c'est balèze.


Alors déjà, le fait d'avoir remplacé une voix principale féminine par une masculine, déjà ça change le style. Ensuite, les parties à la flûte et à la guitare sont très justes, insufflant juste ce qu'il faut de mystère et d'éthéré - c'est une musique qui parle de sorcellerie, quand même - et le duo batterie/guitare basse qui se déchaînent vers la fin rendent le tout bien oppression dans un univers, celui de FF8, où les sorcières sont basiquement des fléaux de l'univers.
Non franchement, on sent bien que cette reprise a été composée par des passionnés de musique qui ont bien compris quels instruments il fallait utiliser et surtout comment. Je suis à peu près sûr que Vled Tapas, musicien et ancien du Conservatoire de Paris, a chapeauté le projet, et on revient à ce que je disais : ce type dépote.


David Wise : Donkey Kong Country 2 : Diddy's Kong-quest - Mining Melancholy.
Le lien vers l'original : https://www.youtube.com/watch?v=ZgvsIvHJTds

Avant de vous parler de cette musique, il faut que je vous explique ce qu'est une mine. JE VOUS JURE QUE JE SUIS SÉRIEUX.
Alors, dans la culture populaire, on en croise souvent, des mines. C'est un classique, limite un poncif, dans les jeux vidéo tous genres confondus, dans la littérature et parfois le cinéma. Tout simplement parce que c'est un incontournable dans la fantasy, et notamment auprès d'un peuple fantastique que j'aime par-dessus tout, les Nains.  
Et dans la culture populaire, une mine correspond toujours à la même description : des tunnels larges, secs et spacieux avec un boisage réguliers (des poutres de soutènement aux murs et au plafond), des lampes, généralement à huile, donc à flamme, un peu partout, éventuellement des rails si on est dans un milieu ou une époque dotés du chemin de fer, de grandes salles profondes avec des poulies, des treuils, des câbles, des puits, des gisements énormes, parfois même, si on est très équipé, des fonderies ou des forges pour traiter les minerais et les transporter facilement sous forme de lingots, pour fabriquer et réparer les outils. Et du bruit constant. Des chants, des cris, des outils qui cognent, des pierres qui roulent, des pans de rochers qui se fracassent.
RIEN DE TOUT CECI N'EST RÉALISTE. QUE DALLE.


Si tu veux voir une mine réaliste, lis Germinal d'Émile Zola et regarde-en une adaptation, celle de 1993 par Claude Berri avec Renaud, Depardieu et Miou-Miou est très bien.
Sache avant tout qu'Émile Zola, écrivain naturaliste et journaliste talentueux, est descendu au fond de la mine pour savoir à quoi ça ressemble. Des boyaux étroits, humides et sombres, un boisage sommaire voire inexistant, le moins de lampes possibles à cause du dioxygène toxique et de l'absence de tunnels d'aération, des salles qui sont en fait de petites cavernes à peine percées, des gisements rares et difficiles à atteindre, et le silence complet, sauf quelques bruits dans les zones de travail : soupirs et halètement, pioches, pics, ce genre. A la limite les mines les plus bruyantes sont les mines contemporaines, parce qu'on a remplacé les mineurs par des foreuses et des machines d'extraction qui font un boucan d'enfer (comme la chanson de Renaud (pardon)).



Tout ça pour dire que Mining Melancholy est un morceau de musique magnifique qui représente une mine fictive, c'est-à-dire correspondant à la première description. La BO de ce jeu est connue pour intégrer les effets sonores directement au sein de la musique (c'est pour ça que le thème de Pirate Panic comporte toujours les craquements de bois et les bruits du vent produits sur le bateau pirate).
Dans ce morceau on a donc des bruits de machines et d'outils et qu'on entend, de temps à autre, un beau son d'instrument à vent censé figurer les courants d'air dans les tunnels miniers.
Il faut se rappeler qu'à l'époque du jeu, on est toujours sur cartouche et donc que les musiques sont sur chipset, sur des puces électroniques. C'est balèze d'avoir su aussi bien reproduire des sons réels dans ce format.

Pour ce qui est de la reprise de David Wise, là encore on est face à un passionné de musique qui sait ce qu'il fait, et accessoirement face à un artiste qui explore les possibilités de la musique en produisant des sons avec n'importe quoi - ici des ustensiles de cuisine.
Clairement, l'un des trucs que je trouve les plus intéressants en termes de reprises musicales, c'est la façon dont l'interprète qui reprend une musique se réapproprie l'instrumentation pour faire quelque chose de subtilement différent, voire de totalement opposé à l'original (par exemple Steep Hill, on y revient, mais regardez aussi la reprise de Lean On de Major Lazer par Waxx et Pomme - je vous mets les deux liens parce que les deux sont géniales ♥).


Outre le bricolage à base de verres, de casseroles et de couvercles, David Wise reproduit les machines de la mine et les outils avec, notamment, un steel drum et ça c'est une excellente idée. Le steel drum c'est ce genre de tambour creux dans lequel le son est produit en frappant les facettes et la note varie en fonction de la forme et la taille de celles-ci (et du drum complet).
Aux percussions métalliques s'ajoute une restitution des instruments à vent par ce qui semble être un basson, le timbre est très différent de l'original mais ça reste très agréable, ainsi que par un melodica. Ajoutons à ça un peu de guitare et paf, on a l'une de mes reprises de musiques de jeux vidéo préférées.



Bon allez, ça suffit pour le moment !
Mais oubliez pas l'essentiel, la musique c'est trop bien, les reprises sont un hommage et l'expression d'une culture passionnée de la part des fans, et elles entretiennent à la fois le talent, l'imaginaire populaire et l'interaction ! Hésitez jamais à réfléchir et à créer des trucs autour des arts et des œuvres que vous aimez !

Bonne journée !
(ptain l'épisode de Game of Thrones était extra ♥)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire