Barre-menu

18.9.17

Juin-Juillet-Août 2017 en photos

L'été 2017 aura pour moi été un peu particulier parce que, pour une fois, j'ai pas eu un-e seul-e de mes potes très régulièrement durant cette période.
La plupart ont quitté ou commencent à quitter Lille ces derniers mois (Armance-Helixis est par exemple partie depuis un an pour devenue vulgarisatrice scientifique à succès et on la retrouve entre Youtube, Twitter et le magazine Science et Avenir) et la librairie de mon ami Olivier a fermé en juillet après 18 mois de bons et loyaux services, ce qui a été l'occasion d'un baroud d'honneur avec les fidèles (en juin, à un moment, sur un coup de tête, j'ai acheté quelque chose comme un peu plus de 200 euros de livres d'un coup, soit 13 ouvrages je crois, que du polar, je sais pas ce qui m'a pris XD).

Bref, ça aura été l'occasion pour moi de me balader quand je suis pas au taf - et parfois pas si loin que ça vu que j'ai découvert une rue, derrière feu Humeurs Noires donc (la librairie de polar et romans noirs en question), qui a l'air habitée quasi-exclusivement par des artistes.
Juste là, à dix minutes de chez moi. TOUTES LES FENÊTRES ET LES MURS sont décorés putain O_O
Fin juin, j'ai aussi retrouvé Leia, une jeune chatte que j'avais recueillie en mai, et que cette fois j'ai décidé de garder parce que ses proprios sont de gros cons négligents et maltraitants. Et comme j'adore cette petite boule de poils douce et fluffy, je la prends assez souvent en photo aussi.
Du coup, ouais, après les campagnes présidentielle et législative, c'était moins politique. Juste retour au street-art.



Rigolez pas, y'a eu un genre de vrai été à Lille.


En allant à Villeneuve d'Ascq chercher de quoi masquer mes fenêtres (et la réfugiée illégale que j'héberge), je suis passé près du Grand Stade, que j'ai jamais eu l'occasion de photographier depuis des années qu'il est là. De près, il est encore plus moche que sur les photos. Vu du ciel, on dirait un gros cachet, mais au sol, on dirait un vaisseau-mère. Financé sur les impôts lillois.

Église Saint-Martin, vue de derrière. Dans le centre, sur une grande place où se trouve également un pub irlandais, elle se trouve non loin de la CAF.


Après des années passées sous les graffiti et le lierre, CalliGraffiti a finalement été remplacé par une peinture ensoleillée.

Pas loin de chez moi, au milieu des marelles...



J'ai cru voir un Cthulhu mais mon amie Aurélia, qui connaît mieux la bête, m'assure que le vrai a des ailes.



J'me suis posé la question pendant des années avant d'avoir la réponse : Frix et FreakstheFab, un street-artiste que je connais, c'est bien la même personne.


Et c'est parti pour la Rue des Artistes (dont le vrai nom est Rue de la Paix d'Utrecht).





Si vous vous demandez, l'atelier de cette personne est là.




 
Voilà le fameux FreaktheFab, dont le style reconnaissable est visible partout dans Lille Wazemmes depuis des années. Les sourires, surtout, sont typiques de son travail.
Les Fenêtres Qui Parlent est un projet collectif annuel qui a maintenant 10 ou 15 ans et qui est donc réitéré tous les ans.


Ouais, encore lui ^^ Chose amusante, je suis récemment passé devant cette maison, volet levé : la fenêtre derrière arbore elle aussi une œuvre de Freaks ^^

L'atelier de Maaarthe est ici : https://maaarthe.com/




Ce dinosaure se trouve sur la droite du mur précédent, séparé de celui-ci par une porte.

Le grand retour des Poissons Lillois, qui semblent-ils font partie du projet Fenêtres Qui Parlent - j'ai vu celui de la photo suivante tout près d'un Frix de FreaktheFab.
Ce premier poisson se trouve sur un grand mur : à titre d'échelle, je n'ai pas réussi à masquer complètement la poubelle qui se  trouve à droite.

Celui-ci, près d'un Frix donc, est encore plus grand que le précédent : ce que vous voyez-là, c'est le petit côté, l'extrémité d'une barre d'immeuble en bas de ma rue. Malheureusement, il a vite été effacé :(

Celui-ci est bel et bien à la verticale, puisqu'il se trouve sur le volet de porte d'un restaurant, à deux pas de chez ma ptite sœur Marine-Blondinette.


J'avais déjà pris celui-là en photo, mais là je l'ai eu de plus près et en plus gros.
On termine avec la réfugiée clandestine. Elle chasse. Je sais pas quoi, mais c'est l'intention qui compte ^^

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire