Barre-menu

L'écrivain-amateur.


Les Mille-Griffes.
Dans un monde composé entre autres d'un royaume placé sous l'autorité des Six, les Éléments et les Essences qui ont façonné le monde à l'aide de la magie, mais aussi d'un empire dominé par la sorcellerie, des Clans, de grandes Maisons et des pouvoirs divers sont confrontés au spectre d'une nouvelle guerre.

Genre : c'est de la fantasy sans sous-genre particulier, utilisant indifféremment les codes de la dark-fantasy (horreur, violence, univers sombre et non-manichéen), de l'heroic-fantasy (forte présence de la magie, héros nombreux et constituant des groupes distincts) et de l'epic-fantasy (présence importante de la guerre, des armées, factions alliées, rivales ou opposées, emprunts réguliers au Moyen-Âge : féodalité, modèles militaires de châteaux et citadelles, de cavalerie, de classe nobiliaire...).
Principales inspirations : Le trône de fer de George Martin et La compagnie noire de Glen Cook pour la construction narrative, Dragon Age Origins, The Elder Scrolls IV Oblivion et V Skyrim pour l'univers médiéval-fantastique.

Je crois qu'avec ça l'inspiration culturelle du Continent des gemmes peut pas être plus limpide. Mais elle est pas exhaustive, hinhin. Je garde pas mal de mystère aussi !

Le continent des gemmes.
Une vingtaine d'années avant le début de l'intrigue des Mille-Griffes, un personnage principal de cette histoire vécut des aventures personnelles, très loin de chez lui. Si les enjeux sont similaires, les forces en présence sont très différentes et fournissent quelques enseignements sur le contexte plus large de l'univers des Mille-Griffes.

Genre : on est toujours dans la fantasy qui mélange à nouveau l'heroic et la dark, avec une portion moindre d'epic. Moins de guerre, d'armées, davantage d'intrigue, de secrets, de complots, et des inspirations culturelles totalement détachées de la première histoire.
Principales inspirations : La voie du sabre de Thomas Day, la trilogie Young Samourai de Chris Bradford, Final Fantasy X, X-2 et XII, Jade Cocoon, toutes pour l'esthétique de l'univers dépeint.

Les Grands Dragons.

Deux ans après la fin des Mille-Griffes, les Clans du royaume sont confrontés à de nouvelles tensions, de nouveaux périls, et certains ennemis très anciens et oubliés.

Genre et inspirations : exactement les mêmes que pour Les Mille-Griffes, avec également la série Les rois-dragons de Stephen Deas.

Le clan du troll.

Un monde centré sur la Terre d'Arel, un continent verdoyant, à la végétation luxuriante, mais dans lequel les trois principaux peuples, Hommes, Trolls et Nains sont divisés et opposés par des affrontements réguliers. L'humanité, brisée par des catastrophes passées, se reconstruit lentement malgré un grand péril qui la guette.

Genre : fantasy, avec essentiellement des éléments d'heroic et plus rarement de dark-fantasy.
Principales inspirations : Chroniques des Temps Obscurs de Michelle Paver, Les forêt d'Opale (bande dessinée), Princesse Mononoke de Ghibli, Les Nains de Markus Heitz.


Le dieu noir.
Suite du Clan du troll. Le monde et l'humanité déclinante se reconstruisent, de même que les Nains et les Trolls, mais ils sont toujours menacés par un danger grandissant qui consacrera leur union – ou leur division – définitivement.

Genre : pareil que dans l'histoire précédente, essentiellement de l'heroic-fantasy avec un soupçon d'epic. Une place plus importante est accordée à la guerre et à l'architecture militaire médiévale.
Inspirations : plus ou moins les mêmes.

L'elfe d'acier.
Une histoire qui prend place dans plusieurs siècles et débute à Londres, en Angleterre, pour s'achever sur l'une des nombreuses et lointaines colonies planétaires de la Terre, gouvernée sans partage par la Sainte-République d'Albion, née à la fin du XXème siècle sur les restes de l'Empire Anglo-Germain formé autour de 1875. 
 
Genre : science-fiction, uchronie. C'est principalement une histoire centrée sur le pouvoir, l'humanité, sa perception d'elle-même et sa place sur notre planète et dans l'univers, son rapport à l'écologie et aux sociétés humaines.
Principales inspirations : la série Firefly avant tout, le diptyque Wang de Pierre Bordage, la trilogie des Maîtres des Brisants d'Erik L'Homme, une partie de l'univers de Star Wars.

Crise de foi (titre provisoire, à remplacer).

Dans un monde dominé par les dieux, nombreux, puissants et surtout proches de leurs enfants humains, l'administration divine a la haute main sur l'ensemble du monde connu. Pourtant, l'un des dieux fondamentaux, qui n'a que mépris pour les règlements, continue sa longue vie d'errance impertinente, au risque de perturber l'ordre établi.

Genre : fantasy, comédie. Aventure, éventuellement.
Principales inspirations : Final Fantasy X, X-2 et XII pour l'architecture et la culture, H2G2 : le guide du voyageur galactique pour l'omniprésence administrative et bureaucratique.

Le 5ème peuple.
Au sein de l'équilibre maintenu depuis toujours par les peuples des Éléments, l'humanité peine à trouver sa place et s'efforce de profiter de sa position géographique centrale pour unir le monde et les relations entre tous. Mais certains refusent ces prétentions, au risque de briser le fragile équilibre du monde.

 C'est ce que j'appelle "pousser à l'extrême" le concept du "on est le Peuple de l'Eau", surtout comparé à celui des Mille-Griffes ^^

Genre : fantastique et peut-être également fantasy. C'est un peu comme si je représentais une version futuriste et un peu SF des Mille-Griffes, les éléments de croyance, la conception du monde sont les mêmes mais les peuples ont poussé à l'extrême l'adaptation qu'ils en ont faite.
Inspirations : aucune œuvre en particulier, des éléments récurrents de la SFFF (science-fiction, fantastique, fantasy) plus que des titres définis.

La guerre anthropocène.
A notre époque, sur Terre, l'homme vit dans l'insouciance et la désinvolture, s'étend sans restriction au détriment de l'environnement terrestre, océanique et des innombrables espèces animales. Mais les divinités grecques, qui assistent secrètement à cette déchéance depuis des milliers d'années, cèdent à leurs instincts et décident d'y mettre fin, par la violence si nécessaire.

Genre : fantastique, avec des emprunts légers à la fantasy dans le design des divinités. La conception de l'univers est résolument contemporaine et réaliste et le récit se veut une illustration certes fantaisiste mais aussi nuancée de la situation actuelle dans notre monde.
Principales inspirations : Percy Jackson (eh ouais XD), quelques éléments du Jour d'après et des « films-catastrophe » en général, de nombreux éléments réels mais peu exploités dans la culture écrite, pas mal d'éléments de fantasy.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire